Skip to main content

Full text of "Livres Liberlog"

See other formats


Matthieu GIROUX 


/ 


Comment 
Écrire des 
Histoires 



Ecrire pour soi 
Écrire pour les autres 
Utiliser des procédés d'écriture 
Se faire connaître 






Comment écrire des histoires 


archive.org/details/CommentEcrireDesHistoire 


Méthode 

Coaching Scientifique 
par les Solutions 

LIBERLOG 

13 Rue Tanguy PRIGENT 
35000 RENNES 


Éditions LIBERLOG 
Éditeur n° 978-2-9531251 
ISBN 9782953125153 
ISBN e-book 9782953125122 



Du même auteur 


• L'Économie pour les Petits 

• L'Économie pour les Enfants 

• Pourquoi y aurait-il un Dieu ? 

• Expliquer sa Religion Catholique 

• Créer pour les Enfants 

• Créer, un Jeu d'Enfant 

• Favoriser la Créativité 

• L'Économie est Physique. 

• La généalogie c'est gratuit, avec les logiciels libres 

• France - Fonctionnement de notre société 

• Les Deux France 

• LAZARUS FREE PASCAL 

• LAZARUS et le Développement Rapide 

• L'astucieux LINUX 

• Nos Nouvelles Nos Vies 

• Poèmes et Sketchs - De 2003 à 2008 

Visibles chez thebookedition.com et archive.org. 

1. À editions.liberlog.fr , comment-ecrire.fr , devenircreatif.com , 
quiestdieu.net , lazarus-components.org , economie- 
reelle.org , economieenfants.com , economiepetits.com , 
france-analyse.com , etrecatholique.com , 

moralemetiers.com. 


2 . 
















Du même éditeur 


• Alors vous voulez tout savoir sur l'économie 
Lyndon Larouche 

• Les Principes de la Science Sociale 
Henry Charles Carey 



Notes de l'auteur 


J'ai vu beaucoup de livres permettant l'écriture par l'exemple. 
Or il faut avant tout se suivre soi pour écrire. Nous mettons en 
avant les procédés permettant d'écrire. Le cheminement vers la 
création se fait très souvent de la même manière. 

Ce livre me sert à mes ateliers d'écriture. Le lire vous donnera 
certainement de la clarté dans vos réflexions sur l'écriture. 


Écrire un genre de texte c'est utiliser des contraintes. Nous 
parlons donc d'écritures avec contraintes. Ces contraintes 
doivent avant tout donner l'envie d'écrire. Ensuite comprendre 
les autres permet de pleinement les combler. Nous énonçons les 
techniques ou technologies permettant de diffuser sa 
connaissance. 

Je n'essaye pas d'amadouer le lecteur mais lui propose les 
procédés permettant d'écrire et d'évoluer. On écrit toujours 
mieux quand on pense d'abord à soi. Ensuite on s'intéresse au 
lecteur pour ne penser qu'à lui quand on lui parlera. 


N'attendez pas pour écrire ! Ecrivez dès que l'envie vient ! 




Légende 


Les mots en gras sont les liens vers les chapitres. 

Les mots soulignés sont les sites web. 

Les phrases en italique sont des thèmes ou recherches à 
effectuer permettant d'écrire ses propres notes. 




Licence 


Ce livre est sous licence CREATIVE COMMON by-SA. Vous 
pouvez redistribuer le livre et le modifier en citant l'auteur. 

Vous trouverez plus d'informations à ce site web : 

http://fr.creativecommons.org 




Sommaire 


On a tous envie de garder ses rêves d'un jour. Alors pourquoi ne 
pas les écrire ? 


A) Du même auteur 3 

B) Notes de l'auteur 5 

C) Écrire 10 

D) Écrire une histoire 34 

E) Écrire pour soi 46 

F) Écrire avec une contrainte 74 

G) Écrire pour les autres 109 

H) Améliorer ses textes 130 

I) Être journaliste 143 

J) Publier 161 

K) Synthèse 171 

L) Table des matières 182 

M) Biographie 185 

N) Sources utilisées 186 





Droits d'auteur Octobre 2006 
Dépôt légal RENNES et PARIS 2009 
http://www.comment-ecrire.fr 



Écrire 



Écrire 


Quand notre esprit est surpris par quelque chose d'inattendu, il 
s'intéresse inconsciemment à cette surprise, à cet événement. 
Celui-ci nous prend alors dans une pleine réflexion. Toutes nos 
émotions créent alors une volonté de comprendre l'inhabituel. 
Cette surprise nous turlupine. Elle crée en nous la passion. Il ne 
faut alors plus arrêter cette volonté de comprendre. La passion 
doit rester. Il faut écrire pour mieux se souvenir et se 
comprendre, afin de chercher de nouvelles voies. Ces voies 
permettent alors de lutter contre des manques, que l'on 
souhaiterait combler. 


Écrire c'est s'évader, réfléchir, triturer l'esprit pour sculpter son 
ébahissement, son énergie, un éclair de génie. Le lecteur nous 
interpellera toujours à l'envers de ce que nous aurons pensé, 
parce que son envie sera de nous comprendre. Le lecteur est 
notre épanouissement. 

Nous réagissons peut-être comme un enfant au regard de notre 
ébahissement, de notre éclair de génie. Mais il ne faut pas qu'il 
soit présomptueux ou incohérent. Il fallait que l'énergie qui 
servit à écrire fût humble. 

Quand je suis étourdi par ce que j'écris, certains lecteurs 
s'arrêteront de lire cela. D'autres qui penseront à ma façon de 
faire seront, peut-être, eux aussi étourdis. D'autres imagineront 
des événements qui n'auront aucun rapport avec ce que j'avais 
proposé. 

D'autres par contre essaieront de savoir ce qu'il y a derrière les 
images qu'ils imaginent. Ils verront ce à quoi je n'aurais jamais 
pensé. Certains iront plus loin. Je serai à leur écoute. Ils me 
donneront une recette pour mieux faire. Le mieux-faire est 
l'envie qui permet d'écrire. Il y a certes l'imagination et son 




avis. Mais écrire sert à comparer et à vérifier ce que l'on pense. 

Ce que l'on pense au départ est rarement vérifié. Ce que l'on 
veut ensuite plaît à certains et déplaît à d'autres. Ce que l'on 
pense, à la fin, permet d'élaborer ce qui amène le lecteur à un 
avis qui n'a pas été le sien. 

On peut utiliser l'effet de surprise, la cohérence, ou bien la 
fougue. L'allégeance ne nous valorise pas. Le substitut à 
quelqu'un d'autre nous aide peu. L'éveil c'est la fraîcheur. 
L'humour c'est l'atout maître, pour expliquer n'importe quoi. 

Nous sommes tous conçus de la même manière. Mais au final 
aucun n'a envie de ressembler à l'autre. L'imagination nous 
porte à chaque instant. Notre avis nous tient. La cohérence est 
ce que l'on cherche. 

On cache ensuite certains de nos mots par des synonymes, qui 
ajoutent du sens à ce que l'on écrit. Certes, ces comparaisons 
intéressent le lecteur. Mais ce que l'on pense autour de ces 
mots est bien plus important. Ce que nous pensons à l'instant, 
peu le pensaient de la même manière. 


Mes notes 


Écrire sur ce qui vous fait rêver > en vous disant "si"... 



Écrire c'est quoi ? 


Lorsqu'on écrit, on se rend compte de ce que l'on pense. On retient en 
général presque tout ce qu'on écrit. Donner son avis permet donc de 
retenir ce que l'on a entendu ou vu. 

Quand on observe, on retient plus facilement le monde autour de soi. 
Mais, alors, à force d'écrire, on compare ce que l'on trouve avec les 
oeuvres d'autrui. L'écriture n'est utile que si elle est lue par d'autres. On 
hésite au départ, mais, par bienveillance, on s'évade vers une autre 
vision. 

On observe encore, puis on écrit afin de découvrir cette vision. On se 
rend compte que cela ne suffisait pas. On communique, alors, ce que l'on 
a fait. Ainsi on s'exprime avec ses projets. On évolue aussi de plus en 
plus vite. On devient imbattable et communicatif. 

Quand on aime parler, l'écriture permet d'avoir des choses à dire. On 
comprend les éléments les plus importants rapidement. Mais découvrira- 
t-on un jour les secrets de ceux qui observent ? 

Alors on cherche, puis on Trouve des partenaires, pour créer le 
contenu. On les félicite plus qu'il n'en faut. En effet la communication 
vers autrui est aimée avec de la technique. Le fond est le plus important. 

On aura eu une vie riche de vies et de contenus à lire, à se souvenir. On 
sera celui qui dit et qui sait, afin de rendre compte du passé, pour un 
meilleur avenir. 


Mes notes 

Écrire, si vous le souhaitez, sur ce qui vous mène à l'écriture... 




Trouver à écrire 


L'imagination nous donne envie d'écrire. Pour avoir de l'imagination, il 
suffit de réfléchir à une situation qu'on souhaiterait vivre. On pense 
inconsciemment comme cela quand on ne fait rien. On écrit donc quand 
on a rien à faire d'autre. 

Après avoir pensé vient l'inspiration. Cela peut être une réponse à une 
question passée, mais, quelquefois, notre envie de changer les choses 
nous dicte quelque chose à nous remémorer. On peut alors élaborer une 
histoire ou un projet, avec cette envie, en la détaillant. 

Avoir un avis permet de se différencier. Nous filtrons tout ce que nous 
sentons, voyons et entendons. Alors, se rendre compte que tout le 
monde a un avis, permet de comparer. L'histoire est quelque chose 
d'utopique, un rêve. Le projet est soumis au jugement d'autrui. 

On peut mélanger projet et histoire, si son projet est trop flou. L'histoire 
permet d'insinuer que le projet vient d'un autre. Alors on met en place 
des personnes qu'on a vues, en les décrivant d'après ce que l'on voit 
d'elles. Si notre avis évolue, vers une vision étayée, nos histoires 
deviennent plus réalistes. 

Certes, notre imagination nous dépasse parfois. Le lecteur doit 
lui aussi être dépassé par notre imagination, en y ajoutant de la 
réalité, du quotidien. Comme cela le lecteur ne croit pas à un 
rêve, alors que celui qui écrit imagine toujours un peu son 
histoire. 

Mes notes 


Qu'est-ce que j'aime écrire ? 
N'hésitez pas à l'écrire... 








Aimer écrire 


On aime écrire parce qu'on écrit pour soi. Nous sommes toujours moins 
performants quand nous ne faisons pas ce que nous voulons. 
Cependant, à force de ne pas écrire par envie, on peut, si on connaît sa 
technique, pallier à cette incertitude empêchant d'être clair. On peut 
tenter de connaître sa technique. L'incertitude peut questionner le 
lecteur. En s'améliorant on écrit bien même dans l'incertitude. 

Si peu d'envies nous guident, se mettre en situation, s'interroger ou se 
questionner permet d'avancer. L'incertitude peut être une façon d'écrire, 
un style. 

On s'intéresse aux autres parce qu'on se comprend mieux. On 
ne le fait pas au début, mais l'envie et notre questionnement 
permettent d'explorer ce que nous ne connaissons pas. 


Mes notes 


Quand est-ce que j'aime écrire ? 



Qu'écrit-on en général ? 


On écrit : 

• Des émotions, souvenirs, et appréhensions. 

• L'image de ce qu'on est ou perçoit. 

• Ce qu'on pense, son avis. 

On n'écrit que ce qu'on a perçu ou ressenti, grâce à son avis. 
Ce dernier permet de ressentir nos souvenirs, notre 
environnement. 

Ensuite, savoir transmettre son message permet d'être compris. 
Il faut donc trouver un exemple en l'imaginant et se dire "si...". 
On peut aussi le chercher, en sortant, en voyageant ou en 
lisant. 


Mes notes 


Ecrire une lettre pour soi... 







Le mot 


Lorsqu'on écrit on définit. Si on utilise les mauvais mots, le 
discours devient inaudible. 

Un mot c'est : 

• Des sons ou des lettres. 

• Une histoire ou un secret. 

• Une signification, le sens du mot. 

En effet les mots existent depuis la préhistoire 1 . Au début, 
seuls les chiffres existaient, pour commercer. On pense que 
l'oisiveté a permis de créer les mots. 

Les mots n'étaient donc au début que des sons. L'histoire de 
chaque mot possède donc indéniablement un secret. La 
signification du mot s'arrête au moment où l'écriture l'a oubliée. 

Un mot c'est peut-être : 

• Une association de mots. 

• Un objectif, une entité, une action, une personne, un objet. 

Une nouvelle signification devient une utilisation d'un ancien 
mot, d'une autre langue, ou bien une association de mots. Les 
voyageurs ont permis ces nouvelles créations. La localisation a 
créé les langues et les cultures, un ensemble de mots et de 
coutumes d'une communauté. 

Se renseigner sur l'histoire d'un mot 2 permet d'ajouter du sens 
à son texte. Ensuite on précise le sens de son texte, avec les 
nouveaux mots trouvés. 


Mes notes 


Reprendre un texte et trouver des synonymes , ou ajouter une 
histoire sur des mots... 

Vous pouvez vous aider d'un traitement de textes disposant 
d'une recherche de synonymes. Vous pouvez chercher le sens 
sur un dictionnaire électronique ou papier. 



La phrase 


Une phrase nominale c'est : 

• Un mot central. 

• Des phrases verbales autour ou un dialogue. 

• Une métrique - Les syllabes. 

Une phrase verbale c'est : 

• Quelqu'un ou quelque chose - Le sujet. 

• Une action - Un verbe. 

• Une qualification, un objet - Le complément. 

• Une métrique - Les syllabes. 

Une phrase c'est peut-être : 

• Une explication - "C'est.." 

• Une relation - "Oh, c'est bien !" 

• Une sensation - "J'aime..." 

• Une musique - "Il pleut, il pleut bergère." 

• De l'humour - "Lire c'est délire." 

• Utile - "J'aime l'amour." 

• Du temps - "Vous perdez votre temps." 

Donner du sens à une phrase permet d'enrichir ses textes. 
Ainsi, en l'étayant, on recherche à trouver le rythme. 

Pour que le lecteur comprenne plus facilement, on utilise des 
phrases simples, qui possèdent : 

• Un sujet. 

• Un verbe. 



• Peut-être un complément. 


Pour que la phrase devienne complexe, on ajoute, à la 
proposition principale, plusieurs propositions subordonnées. Le 
lecteur peut refouler ce genre de phrases. 

Avoir écrit des poèmes, la musique permet que ses phrases 
aient une rythmique harmonieuse. Le mieux est de s'enregistrer 
en lisant ses phrases, puis de s'écouter. Avoir en tête un rythme 
permet de comprendre le lecteur. 

Une phrase complexe peut posséder : 

• Une proposition subordonnée relative, comme un adjectif 
mais avec un verbe. 

• Une proposition subordonnée conjonctive d'objet, des 
paroles sans les guillemets introduites par "que". 

• Une proposition subordonnée conjonctive circonstancielle, 
comme un nom complément circonstanciel mais avec un 
verbe. 

Il existe plusieurs compléments circonstanciels, de temps, de 
manière, de lieu, direct et indirect. Il y a aussi le complément 
du nom. 

Voici un exemple de proposition subordonnée relative : 

• J'aime celles qui adorent. 

Utiliser un verbe en fin de phrase permet d'accentuer l'émotion 
sur la proposition subordonnée. 

La même phrase plus courte : 

• J'aime les fans. 


Une phrase courte est mieux comprise. 



Voici un exemple de dialogue : 

• J'ai dit : "Je suis drôle." 

Ici le dialogue est mis en valeur. Cette phrase est ici plus 
accessible, puisque qu'elle retranscrit le dialogue, donc elle 
permet de ressentir du mouvement. 

Voici un exemple de proposition subordonnée conjonctive : 

• J'ai dit que j'étais amusant. 

Dans une histoire, utiliser des dialogues permet de donner de la 
réalité. On utilise la proposition subordonnée conjonctive 
lorsqu'on analyse ou explique. 

Voici un exemple de proposition subordonnée conjonctive 
circonstancielle : 

• Je suis chez mon amie, où je m'amuse. 

Là aussi on insiste sur la proposition en fin de phrase. Cette 
proposition permet de généraliser sa phrase. 

La même phase plus précise sans proposition subordonnée : 

• Je m'amuse chez mon amie avec ses jeux. 

Si on utilise une proposition on peut être moins précis. C'est 
pourquoi, rechercher l'objectivité, ou le sens, permet de trouver 
les meilleures phrases. 


Mes notes 

Créer une histoire en reprenant les débuts de phrases 
exemples. 



Les phrases 


Ajouter des phrases à un texte doit se faire avec les procédés 
disponibles. Connaître ce dont on a à disposition, mais surtout 
savoir ce qu'on utilise le plus, permet de donner du sens à ses 
textes. 

Des phrases, avec un rythme et de la créativité, permettent de 
créer de longues histoires. Encore faut-il que l'histoire informe 
le lecteur ou soit objective. 

Au départ seuls certains lecteurs apprécient certaines de nos 
histoires, parce que nous écrivons surtout pour nous. 

Des phrases ce sont peut-être : 

• Un dialogue. 

• Un poème. 

• Une chanson ou ballade. 

• Une histoire. 

• Une narration. 

• Une description ou analyse. 

• Une information ou explication. 

• Un texte injonctif. 

Un dialogue c'est : 

• Un discours direct. 

• Des changements d'interlocuteurs. 

• De la ponctuation avec des guillemets ou tirets. 

Un poème c'est : 

• Un retour d'éléments semblables : Les sons, un nombre de 



syllabes, une structure grammaticale, des mots, vers ou 
groupes de vers. 

• Des glissements de sens ou métaphores. 

• Des formulations ou associations inhabituelles, des 
créations de mots. 

• Une mise en forme graphique. 

• Une reprise ou refonte de textes connus ou d'expressions 
usuelles. 

Une chanson est de la même forme qu'un poème avec : 

• Plus de répétitions. 

• De la musique qui peut prendre le dessus. 

Une chanson se construit autour d'une musique. Ou bien, avec 
du solfège, on crée des notes, en fonction du rythme des 
phrases, avec son émotion. On peut se faire connaître avec une 
simple chanson écrite sur le vif. 

Une histoire possède : 

• Un scénario. 

• Des personnages : des noms et des rôles principaux ou 
secondaires, des caractéristiques physiques ou morales. 

• Un héros réel ou fictif. 

• Le cadre chronologique du récit : La durée de l'histoire, le 
moment pendant lequel l'histoire se déroule, les épisodes 
développés ou simplement mentionnés. 

• Les lieux du récit : réels ou imaginaires; précis ou imprécis. 

Une histoire permet de mettre en valeur la créativité. On 
favorise sa créativité et celle d'autrui. Un dialogue donne du 
sens à la situation que l'on essaye d'expliquer. Si on donne un 
exemple, un dialogue est bien venu. 



Une narration possède : 

• Une focalisation ou un point de vue - Qui raconte ? 

• Du présent pouvant servir de futur, un passé composé- 
imparfait ou plus-que-parfait, un passé simple-imparfait ou 
plus-que-parfait. 

• Une chronologie. 

• Des pronoms. 

Un poème montre son émotion. Mettre en valeur son ressenti 
permet de garder en mémoire ses sentiments, car ils évoluent 
avec soi. 

Une description possède : 

• Un choix de détails en fonction du texte dans lequel la 
description s'inscrit. 

• Des formes verbales de base : Le présent, l'imparfait. 

• Un point de vue. 

Il faut savoir qui décrit. L'analyse, quant à elle, va au cœur du 
domaine qu'elle comprend. Une analyse permet de mettre en 
place un projet. Une analyse permet aussi de mieux connaître 
l'humain. 

Une argumentation possède : 

• Le but explicite ou pas de l'auteur, afin de convaincre. 

• Une utilisation d'arguments et de certains protagonistes. 

Une information ou explication : 

• Répond à une question ou à un problème énoncé au point 
de départ. 

• S'annonce en affichant le plan de l'exposé, ou avec la 
reprise de protagonistes, destinés à guider le lecteur ou 
l'auditeur. 



Un texte injonctif s'adresse directement au lecteur avec : 

• Des formes verbales de base : de l'impératif, de l'infinitif, du 
futur simple ou de l'indicatif présent à la deuxième 
personne. 

• Une organisation chronologique. 

• Une supériorité réelle ou usurpée de l'énonciateur. 


Il faut savoir où l'on va. Les meilleurs textes sont orientés vers 
un genre inattendu, un thème peu exploré. 

L'écriture explique ou montre les caractères humains en les 
exagérant afin de les comprendre. 


Mes notes 


Écrire un poème , une histoire , une chanson ou ballade , une 
analyse ou explication , un dialogue sur quelque chose ou 
quelqu'un... 



Manque de vocabulaire 


Si on manque de vocabulaire, le plus important est de réussir 
avec ce qu'on connaît. Les mots difficiles s'apprennent au fur et 
à mesure. On s'en approprie plus facilement certains que 
d'autres, car ils parlent. Il y a une raison à cela. 

Les œuvres les plus distribuées sont celles qui parlent à tous. 
Ne vous en faites pas, même les intellectuels déforment des 
mots rares. Un mot peu usité doit être compréhensible, dans le 
contexte pour lequel il est utilisé. Il est préférable de ne pas 
mettre trop de mots rares trop proches dans un paragraphe. 


Écrire avec des mots simples, c'est écrire en général proche du 
lecteur intermittent, du lecteur enfant ou adolescent. On écrit 
alors souvent des phrases courtes. Écrire des mots simples est 
plus lisible avec des dialogues. 

Pour l'écriture de roman ou d'une œuvre définie, il est possible 

de Trouver un partenaire complémentaire. 

Ceux qui ont un vocabulaire peu étayé font de l'improvisation, 
de la poésie, des articles qui parlent au lecteur intermittent. 
Définir ce qu'on comprend de ce qu'on apprend, dès que le mot 
paraît étrange, permet d'afficher un point de vue, un avis. Le 
lecteur qui lit peu aime les avis et les explications. 


Mes notes 

Écrire un texte uniquement avec des mots courants. Le faire lire 
à quelqu'un qui lit peu. 



Écrire une histoire 



Écrire une histoire 


Écrire une histoire peut être un point de départ pour 
commencer à inventer. On crée une situation inattendue pour le 
lecteur mais voulue par l'auteur. 

Le lecteur aime être guidé. Alors n'hésitez à l'orienter grâce à 
votre objectivité. 


Mes notes 


Écrire sur une situation récente et inattendue... 





Écrire un premier poème 


Le meilleur moyen de comprendre ses émotions est le poème, 
en se relisant plus tard. Un poème c'est juste deux fins avec 
prononciation identique, avec à peu près autant de syllabes par 
ligne de rime. 

On s'entraîne d'abord avec la rime en é comme : 

• Aimer c'est s'approprier. 

Une rime forte, sur deux syllabes par exemple, fait ressortir les 
mots rimés. Si les mots sont identiques il faut que les mots 
soient très utilisés ou que le sens de la rime soit le plus 
important. Par exemple : 

• Aime comme tu t'aimes. 

Mais on peut utiliser la métaphore, qui est une comparaison 
sans comparateur si on veut : 

• Aime comme tu sèmes. 

Au départ on peut plutôt faire dans la simplicité de sa recherche 
de vérité : 

• Je ne t'aimes pas, c'est comme ça. 

Puis notre recherche de vérité ajoute du sens : 

• Je ne t'aimes pas tu ne cherches pas. 

La remontrance ne fonctionne qu'avec la sincérité. Avouer c'est 
beau. La simplicité provoque. La sincérité c'est ce qui permet de 
trouver des lecteurs en écrivant. Par exemple : 

• Très fort, j'ai tort. 

On cherche des vérités, puis une vérité, puis sa vérité, puis la 
vérité. On départ on cherche donc des vérités. C'est pour cela 



que notre âme n'est pas unie. Il faut tester des vérités avec les 
autres, alors une vérité mystérieuse nous interpellera 
brièvement. On cherchera alors sa vérité longtemps. 

Voici un poème qui trouve une vérité : 

• Presque rien on est serein 

• On veut tout 

• On a peu 

• Sommes nous voyous ? 

• Qu'est-ce qu'on veut ? 

Se questionner permet de capter le débutant dans un domaine. 
Les rimes doivent correspondre avec le sens dans ce cas. 

J'ai écrit cet article grâce à un jeune béninois poète auquel je 
dis : 

• Vous croyez que vous me suivez, en fait vous me menez. 
Votre âme a parlé. 



Écrire une première histoire 


Pour écrire une histoire, au départ, on écrit ou se dit un 
scénario, ou bien on écrit sur une feuille blanche ce qui passe 
par la tête. Écrire sur papier permet de rendre l'histoire logique. 
Il ne doit pas y avoir d'éléments incompréhensibles : les fautes 
de sens. 

Votre histoire doit être comprise. Utiliser une description du lieu 
ou de l'époque, pour aller vers les personnages de l'histoire, 
permet, petit à petit, d'introduire la situation. Ensuite le 
scénario devient son histoire, en ajoutant des éléments de son 
vécu, qui peuvent être imaginés, ou bien des émotions 
ressenties, lorsqu'on écrit. 

Chaque nouveau personnage est décrit psychologiquement, ou 
mieux physiquement, avant qu'il y ait ensuite de l'action. On ne 
décrit jamais assez ses personnages, car on croit les connaître. 
Il faut donc décrire comment on les perçoit. 

Attention cependant à trouver les preuves de son imagination 
dans du vécu. Celles-ci doivent être réalistes. On peut ajouter 
d'autres éléments, en cherchant les fautes de sens. Les fautes 
de sens marquent notre manque de compréhension de nous ou 
des autres. Si on comprend mal ce qu'on lit, il faut retravailler 
ces fautes de sens. 

Les meilleures histoires montrent du suspense quand on les lit. 
Les histoires les plus lues sont drôles et touchantes. Les plus 
beaux textes utilisent les talents de l'auteur, ne représentant au 
lecteur que du rythme au départ. La phrase longue donne une 
explication, ou un temps long. La phrase courte donne de la 
rapidité, ou une simplicité dans la compréhension. 

Il existe la même démarche avec les mots. Un mot long, dans 



une phrase courte, peut ajouter de l'humour, ou de la surprise. 
Beaucoup de mots courts permettent de créer un dialogue 
familier, avec des mots courants. 

L'auteur analyse ensuite ce qu'il a écrit. Il distingue son 
émotion, en écrivant. Cela le renforce. Cela lui permet ensuite 
de jouer avec le lecteur. 

En s'ouvrant aux autres, il évolue et devient à chaque fois de 
plus en plus lisible, à force de se comprendre. La fin de l'histoire 
met fin au suspense. Si le lecteur n'est pas surpris, il peut être 
déçu, s'il n'apprend rien de plus. Quelque chose d'étonnant, ou 
une découverte, permettent d'écrire la fin. 


Mes notes 

Écrire une histoire à partir de votre vécu... 



Écrire une histoire tout seul 


Une histoire permet, entre autre, d'apprendre sur soi. L'oisiveté 
permet de l'écrire. 

On écrit généralement une histoire en choisissant des 
personnages qui parlent à celui qui va lire. 

On peut alors écrire en se disant "si...". Ensuite les idées 
peuvent venir d'elles-mêmes. Si rien ne vient, il suffit de penser 
à ce qu'on a vécu récemment. Ou alors on joue de la musique. 
Mais il faut apprendre quelque chose aussi. On se prépare donc 
à travailler un nouveau thème ou le style. 

Tout d'abord, pour travailler le style, il faut s'attacher à ce qu'on 
écrit. Il faut donc avoir travaillé un début de plan. La première 
écriture permet, avec l'envie, de créer la fraîcheur. 

Ensuite, en enlevant les fautes de sens, on peut de nouveau 
ajouter de la fraîcheur, si on en a l'envie. Relire les phrases 
précédentes et suivantes, en connaissant l'histoire, permet 
d'ajouter correctement du sens. L'écriture c'est comme de la 
sculpture, on peut s'y reprendre à plusieurs fois, si on se 
connaît bien. 

Enfin, pour travailler les idées, il faut choisir un thème qui 
motive. Il faut aussi se faire un avis sur ce qu'on a écrit. Son 
avis prime. Il n'est pas celui des autres. Il doit ainsi évoluer 
avec les bonnes informations. 

En étant motivé, on peut donc travailler le style, pendant et 
après, puis les idées, avant et après. 


Mes notes 



Écrire une nouvelle histoire, à partir d'une histoire écrite , que 
l'on souhaite améliorer... 



Écrire une histoire en groupe 


Il est possible d'écrire plusieurs histoires en groupe, en faisant 
tourner autant de feuilles qu'il y a de personnes. Cette 
tournante consiste à limiter le nombre de phrases ou mots 
écrits. 


Écrire un roman, ou une histoire élaborée, demande d'utiliser le 
brainstorming. Le brainstorming, ou remue-méninges, c'est 
trouver une histoire en groupe. On choisit un thème. Puis on 
essaye, ensemble, de trouver des idées, en fonction du thème. 
Ensuite, on essaie de créer une histoire, rocambolesque ou 
vécue. 

Le brainstorming consiste à chercher le maximum d'idées, en 
les regroupant et en se disant "si...", afin de trouver une 
histoire. Le coordinateur sait gérer les différents tempéraments, 
afin de créer de la cohésion, donc du sens. 

Ensuite, chaque groupe, ou chaque individu, écrit une histoire, 
ou une partie de l'histoire. Mettre en valeur la créativité permet 
de créer des histoires riches. On peut aussi s'attacher au sens, 
au style, à l'émotion. On peut s'aider d'images, d'un 
dictionnaire, d'Internet. 

Celui qui mène le brainstorming permet : 

• De se confronter avec la réalité. 

• De trouver un sens, qui fera la raison du livre. 

• D'écrire à tue-tête sur une feuille blanche, en se disant 
"si...", en ne s'attachant pas à la forme, mais au fond. 

• De critiquer son scénario, afin de trouver un style, en ayant 
le plan à l'esprit. 

• D'écrire l'histoire, imagée ou réelle, en y mettant du vécu, 



son ressenti, des émotions, des envies, des rêves, son avis, 
mis en forme. 


Il faut, ensuite, se préparer à la critique, ou alors ne pas se 
prendre au sérieux. Toute critique est subjective. Si on ne s'y 
retrouve pas, alors il manque des éléments dans son histoire. 


Mes notes 

Avec le chapitre Créer ses ateliers , au chapitre IV, mettre en 
place une histoire avec des enfants... 

















Corriger la structure de son texte 


Se critiquer est très difficile. Comme on ne peut se suivre soi, 
on évolue plus vite que la compréhension de son ego. Si on ne 
sait comment se comprendre, il suffit de voir ce qu'écrivent les 
autres de similaire, puis de comparer avec ce que l'on a 
travaillé. 


On arrive à bien se critiquer en évoluant. À la fin on comprend 
ses points faibles, puis on les travaille. Après avoir retenu le 
plus important, après avoir changé ce qu'on croyait mauvais, 
vérifier ses écrits, par un ou une amie, permet de savoir si on 
avait raison de se corriger. Comprendre ses peurs et préjugés 
permet de ne pas faire les mêmes erreurs de correction. 

Certaines remarques reviennent souvent. Par exemple, le 
lecteur aimerait vivre ce qui touche à son quotidien. L'auteur 
s'attache, lui, au sens de l'histoire et à son objectivité. En effet, 
le lecteur est habitué à lire des phrases qui ont du sens, sinon il 
s'arrête de lire. Par contre il retient ce qui le touche. A nous 
donc de le toucher vers la bonne direction. 

Le lecteur aime s'identifier au héros. Si on pense que le lecteur 
a l'impression de se mettre à la place du héros, on peut ajouter 
de l'objectivité, accentuant la cohésion du texte. 

Des événements intriguent. D'autres accentuent ces intrigues. 
On peut les placer après la présentation des personnages, afin 
qu'on s'intéresse encore plus à ces derniers. 

Un scénario permet de trouver du sens à son histoire. Au 
départ, on écrit pour le fond ou le style, puis après pour les 
autres. 


Être critiqué permet de savoir à qui on s'adresse, en écrivant. 



On finit, enfin, par trouver ses lecteurs, avec les critiques 
constructives. 


Mes notes 

Critiquer un texte que l'on souhaite améliorer... 



Écrire pour soi 



Écrire pour soi 


Au départ on écrit pour soi. Notre ego veut ainsi combler ses lacunes. On 
veut trouver la réponse à quelque chose sur soi, qui turlupine. 

Cette envie de trouver une réponse sert d'abord à soi. On améliore sa 
communication et son écoute, afin de devenir celui qui sait. 

Alors, la confiance permet de s'apercevoir que l'on sait se diriger vers 
des bons choix. Elle permet aussi d'être satisfait, de savoir ce que l'on 
veut, de réfléchir pour soi. 

Au fur et à mesure, on va un peu plus, chaque jour, vers l'abstraction de 
ce qu'on l'on sait. On se sent valorisé. On est comblé. 

On peut alors communiquer sur soi, en prenant le risque de déplaire. 
L'humilité ou l'humour plaisent toujours. 


Mes notes 


Ecrire une histoire sur ce qu'on aime en soi... 




Rêver 


Les rêves sont très importants dans l'écriture. Nos écrits sont joyeux 
avec des rêves créatifs. Notre environnement crée nos rêves. Il faut donc 
tout faire pour rendre nos rêves positifs et avoir un environnement stable. 
Nos écrits servent à améliorer la stabilité de notre environnement, à 
préparer nos rêves. 

On peut écrire et avoir mal. Seulement l'écriture, si on ne la 
comprend pas, peut devenir malsaine. Nous nous rendons 
compte de cela par notre peur d'évoluer. Si on ne se questionne 
pas on finit pas abandonner l'écriture. Écrire des histoires 
tristes n'a rien à voir avec le mal-être. L'objectif principal de 
l'écriture est de se construire. On peut construire avec une 
histoire triste. 

Nous ne vivons que parce que nous avons des problèmes. 
L'humain construit plus qu'il ne détruit. Si nous évitons les 
problèmes qui permettent d'avancer, nous ne vivons plus. Ceux 
qui n'ont pas de problèmes se les inventent, ou les évitent. Ils 
finissent dans l'excès de leur oisiveté. 

En voyant notre entourage comme des personnes permettant 
d'améliorer, nos rêves reviennent par notre intuition de changer. 
La réflexion permet d'être constructif. Alors le lendemain cette 
réflexion s'améliore. À force de réfléchir, nous sommes prêts à 
affronter un problème quelconque. 

Travailler sa mémoire, vérifier si l'on se souvient des jours 
précédents, permet de s'analyser. Si l'on oublie plus ou moins 
vite, il faut, plus ou moins, écrire des essais de réflexions 
fuyantes. S'analyser permet de réveiller mieux son talent. 

En évitant les images trop frustrantes, ou une ambiance 
nauséabonde, nous sommes disponibles pour évoluer vers un 



objectif que nous souhaiterions se réaliser inconsciemment. 
Nous construisons forcément notre personnalité. Alors nos 
envies nous guident. 


Mes notes 

Imaginer ou écrire un rêve... 






Chercher la vérité 


Pour écrire, il faut être à la recherche de sa vérité. La recherche 
de la vérité, c'est la quête du bonheur. Notre esprit doit 
apprécier les instants joyeux. Le bonheur est un aboutissement, 
car notre cœur le souhaite. 

Seulement, avec la cupidité, certaines personnes ne veulent pas 
du bonheur des autres. Des avis faussent le nôtre. Avec ces 
nuisances, nous avons alors un manque d'objectivité. 

Chercher l'objectivité, ou la vérité, permet de résoudre ses problèmes 
avant qu'ils n'arrivent. Cela permet aussi de comprendre plus facilement 
les problèmes, en les écrivant. On s'aperçoit, en effet, que nos erreurs 
viennent d'un manque de compréhension de soi, ou d'un manque de 
préparation. 

Le manque d'objectivité se crée en étant dans la passivité, dans 
le manque de réflexion ou d'action, en ne confrontant pas son 
avis avec les autres. Nous laissons faire notre arrogance ou nos 
peurs. 

Il faut alors vérifier ses paroles, faire preuve d'abstraction et d'analyse, 
pour créer un jugement correct. La civilisation actuelle est remplie de 
faux jugements, de cupidité, d'influence de l'argent. 

On se regarde soi plus facilement par écrit que sans aucun support. On 
cherche alors l'objectivité, afin de s'entendre avec son ego. Comme cela, 
il ne nous renie pas. On trouve donc son bonheur, à force de chercher la 
vérité. Le bonheur vient si on s'entend avec son ego, si on évolue aussi, 
si on s'aime enfin. 

Nous avons tous pris des raccourcis dans nos réflexions d'enfant, car 
l'enfance c'est l'excès. Combler les raccourcis que l'on a pris et que l'on 
possède encore, en mécanismes, permet d'anticiper. On comprend alors 



ses plus gros défauts, après des trouvailles sur ses qualités écrites, par 
son bonheur donc. Si l'on a peu de mémoire il faut écrire comment on 
réfléchit, afin de déceler des certitudes, à partir d'une logique. 

Seul un travail sur son ego peut combler des raccourcis, que l'on trouve 
alors idiots, car ils se révèlent petits à petits. On les écrit pour ne pas 
oublier. Ils disparaissent petits à petits, avec l'honnêteté d'avoir compris 
son propre fonctionnement. 


Mes notes 

Écrire sur votre enfance, ce que vous avez aimé puis regretté... 

Lorsqu'on est positif, quelquefois, des défauts se révèlent par son envie 
de rester dans la satisfaction de soi. Il est très difficile d'avoir 
complètement raison au début de sa vie. 



Avoir un style 


Au départ, le style d'un auteur est souvent indépendant de sa volonté. 
C'est la façon de réfléchir qui construit l'écriture. C'est pourquoi au départ 
nous pensons que nous écrivons mal, parce que nous souhaiterions 
écrire d'une certaine manière. 

Or, en appréciant ce que l'on écrit, en se construisant, en lisant ses 
textes à ses amis, on s'étonne de soi. Il ne faut pas ressembler mais 
s'assembler. C'est pourquoi, écrire sur une feuille blanche, en se disant 
"si..", permet de créer un début de style. 

Notre envie de bien écrire indique, peu après, ou longtemps après, 
comment notre style peut évoluer. Les autres permettent de l'expliquer. 

Les bases sont simples. Les phrases courtes rendent accessibles, ou 
créent de l'action. Alléger ses écrits permet de devenir accessible. Les 
phrases longues, avec peu de verbes, ralentissent le rythme. 

Ensuite la technique se crée avec les phrases que l'on écrit. Une façon 
de réfléchir crée un style. Améliorer sa technique permet d'étendre son 
accessibilité. Le lecteur veut avant tout comprendre, ensuite rêver, enfin 
s'épanouir. 



Mes notes 


Écrire sur le style d'un texte à vous, que vous aimez... 



Devenir positif 


Être positif permet d'écrire sainement. Se dire que l'on peut écrire plus 
tard nuit à l'écriture. De même des réflexes qui consistent à s'appesantir 
sur ce qui fonctionne mal ne servent à rien, si l'on n'a pas cette envie 
d'améliorer ses défauts. 

Nous sommes positifs si notre passé nous parle, si nous sommes bien 
entourés, si nos rêves construisent notre vie, si nous servons à notre 
entourage, si quelqu'un a besoin de nous, si nous sommes réconfortés et 
soutenus. 

Notre environnement ou notre passé crée notre positivisme. Au départ 
nous sommes tous positifs. Si notre passé est négatif, il faut modifier 
notre avenir pour notre ego, grâce à l'écriture. 

Le lecteur aime se réconforter en lisant. Si nous ne sommes pas positifs 
ou journalistes, il nous en voudra. Nous devenons journalistes, en 
répondant aux interrogations que nous nous posons, en utilisant notre 
environnement. 

L'écriture permet de se corriger. Le positivisme permet de montrer son 
avis, quant à une voie inexplorée. L'humour permet d'échapper au 
sérieux d'une faute de goût. La simplicité permet d'être compris. La 
naïveté permet d'interpeller. 


Mes notes 

Écrire sur ce que vous avez fait de mieux dans votre vie... 



Pourquoi écrire ? 


On écrit : 

• Pour soi - Au début on se parle à soi. 

• Pour savoir ce que l'on est en train de faire. 

• Pour les autres - Ensuite on s'adresse aux autres. 

• Pour garder une trace de sa vie. 

• Pour raconter le bon côté de sa vie. 

• Pour exposer quelque chose. 

• Pour se comprendre. 

• Pour imaginer une histoire et la revivre. 

• Pour se présenter au travail. 

• Pour s'épanouir. 

• Pour anticiper le futur. 

Pour s'améliorer, il faut aller vers le domaine qu'on connaît peu 
: L'écoute ou la communication. 

Les objectifs diffèrent, en fonction de sa personnalité. Certains 
manques se comblent plus facilement, en faisant certaines 
choses. 

Écrire sert pour celui qui écoute à : 

• Sa technique. 

• Son style. 

• S'épanouir. 

• Préparer sa communication. 

• Se présenter. 




Écrire sert pour celui qui communique à : 

• Garder des traces de ses dires. 

• Aller dans le fond des choses. 


Mes notes 


Écrire, en vous croyant une personnalité politique , un héros 
ayant conquis tout un peuple... 



La perception du lecteur 


Ce que l'on écrit se perçoit toujours d'une façon différente par 
le lecteur, puis par soi plus tard. On s'aperçoit de certaines 
lacunes, quand on se lit, après avoir entendu des remarques. 
Utiliser le perfectionnisme permet d'améliorer, ou de remplacer, 
ce qui ne plaît pas au lecteur écoutant ou communicant. 

Normalement, un auteur s'adresse à des lecteurs toujours plus 
jeunes que lui, sauf s'il écrit avec un style trop sombre. Dans ce 
dernier cas, il faut se poser des questions sur l'utilité de son 
écriture. 

Après avoir écrit, certains genres de lecteurs, dans l'écoute, 
aiment en premier de l'auteur : 

• Ses secrets. 

• Sa vie. 

• Ses souhaits. 

• Son objectivité. 

Après avoir écrit, certains genres de lecteurs, dans la 
communication, aiment en premier : 

• L'écriture. 

• Le côté limpide. 


Mes notes 


Ecrire sur ce qui est incompris de vos lecteurs... 



Comment écrire ? 


Il faut utiliser le maximum de méthodes à sa disposition. Il 
existe l'écriture avec contraintes, qui permet de trouver à 
écrire, si on pense aux autres. 

La mise en situation est une très bonne méthode pour bien 
écrire. On cherche les raisons qui ont poussé à bien écrire, pour 
penser de la bonne manière. 

Au départ, un atelier d'écriture permet de se mettre en 
situation. Une introspection permet de trouver l'inspiration. On 
se parle à soi, puis on écrit pour les autres. Avec le 
questionnement et la motivation, on se met en situation. 
Ensuite, les automatismes peuvent venir. 

Parfois, on ne remarque pas qu'on utilise une nouvelle 
méthode. C'est pourquoi on se laisse aller en se disant "si...", 
en utilisant son oisiveté. Puis ... 

• Écrire un plan ou le penser permet, ensuite, de travailler 
son style, ou d'élaborer une histoire. 

• Écrire spontanément permet de trouver un style et de le 
travailler. 

• Se préparer à ce qui manque permet de s'améliorer, sur ses 
défauts. 

• Utiliser le brainstorming, en créant une histoire en groupe, 
permet d'élaborer une histoire. Ensuite, l'histoire doit avoir 
un sens. 

• Utiliser le perfectionnisme permet de travailler un défaut, 
récemment trouvé. 


Mes notes 



Écrire en décrivant deux images. L'une fera le début de 
l'histoire. L'autre fera la fin... 




Par quoi commencer ? 


Avant d'écrire, il faut avoir en tête les différentes façons d'écrire 

• Histoire - Texte imaginé. 

• Chanson - Musique et refrains. 

• Ballade - Entre la chanson et l'histoire. 

• Poème - Texte à vers. 

• Sonnet - Poème avec des alexandrins et une structure en 4 
+ 4 + 3 + 3 vers. 

• Nouvelle - Anecdote longue. 

• Roman - Histoire longue avec des scénarios. 

• Histoire drôle. 

• Blague - Histoire rocambolesque à fin marrante. 

• Sketch - Histoire drôle à mettre en scène. 

• Théâtre - Histoire avec un scénario à mettre en scène. 

• etc. 

On a ses préférences. Cependant essayer les différents genres 
d'écriture permet de trouver de nouvelles inspirations. Les 
techniques utilisées ne doivent pas gêner. 

Il faut écrire, dès que l'on pense à quelque chose, même si on 
ne veut pas en garder une trace. On utilise alors l'humour. 
Écrire permet de garder la mémoire, ou d'inventer des histoires. 


Mes notes 


Ecrire un genre de texte que vous hésitez à essayer... 




On m'oblige à écrire 


On écrit mieux quand on le souhaite. Une rédaction ne se 
valorise pas si on ne la veut pas. 

Il faut alors se préparer sur les doutes qui empêchent d'écrire. 
En s'accaparant ces doutes, l'esprit devient plus clair sur ce que 
l'on ne souhaite pas faire. L'incertitude permet de trouver ses 
propres limites. 

Penser à ce qu'on va écrire permet de se préparer. On essaie 
alors de trouver ce qu'on aime dans le sujet demandé. Quand 
l'envie vient, ensuite on met sur papier : 

• Des idées. 

• Ses contradictions - On se contredit quand on ne veut pas 
écrire. 

• Un plan. 

• Le texte. 

Juste avant la lecture, un auteur a envie qu'on lui réponde par 
rapport à ses doutes. Alors, n'hésitez pas à dire ou écrire ce que 
vous attendez de la lecture. 

Si vous n'êtes pas préparé à la lecture de votre texte, vous 
pourriez le regretter. Sachez que les meilleurs auteurs évoluent 
tous. 


Mes notes 


Écrire sur votre incertitude... 




















Pourquoi ? 


On écrit souvent parce qu'on aimerait en savoir plus sur soi. 
Après tout, à force de ne plus se poser de question, on perd ses 
repères. 

Après avoir écrit on : 

• Peut distinguer ses limites. 

• Se perçoit mieux. 

• Se comprend mieux. 

• Rêve. 

• Utilise l'écriture comme exemple. 

• A envie de chercher d'autres émotions. 

• Veut être compris. 

• A envie d'échanger ce qu'on s'est dit. 

• Veut voyager, pour écrire autre chose. 

On peut chercher d'autres envies. Cela permet de trouver 
d'autres situations pour le lecteur, tout en influençant le 
style. Chacun est différent. Chacun a des envies différentes. 


Mes notes 


Ecrire sur quelque chose que vous souhaitez faire... 




Avoir un avis 


Nous ne sommes jamais complètement d'accord avec ce qu'on 
nous dit, car nous filtrons ce que nous entendons, avec notre 
esprit. Cette faute humaine nécessite donc d'avoir un avis. 

Mais ensuite il faut confronter son avis avec la réalité. On peut 
alors se dire qu'on avait tort. Un avis évolue toujours, parce 
qu'il était toujours imparfait au départ. 

Ensuite il évolue encore avec le temps. Les problèmes honteux 
viennent pour ceux qui ne changent pas d'avis, car ils ne se 
confrontent pas avec la réalité, voire la situation. Ils finissent 
avec des échecs. 

Un avis c'est : 

• Un début de compréhension. 

• Une évolution humaine. 

• Une compréhension des autres. 

• Un filtre humain sur des informations. 

• Se sociabiliser. 

Un avis peut être faux. Il l'est forcément un peu au départ. Il 
peut être insoluble, futuriste, inapproprié. Si votre avis est 
futuriste, vous pouvez mener des projets, en vous confrontant 
avec les autres. 

Il faut écrire pour savoir d'où vient son avis. On s'aperçoit, en 
se relisant, qu'il y a des imperfections, si on se contredit 
quelquefois. Ces imperfections peuvent cacher un manque 
d'informations. Ce manque d'informations peut cacher une 
erreur grave de sa part. 



Les médias papier, radio, ou télévisés ne diffusent que les 
informations que nous voulons entendre. Tous les médias 
déforment l'information, à cause d'une ligne éditoriale, ou d'une 
quelconque censure. Il faut donc vérifier d'où vient 
l'information, comment elle est diffusée, comprendre les avis 
engendrés, savoir s'il y a de la rétention d'information et 
laquelle. 


Mes notes 

Imaginez votre avis , quand vous aurez comblé vos défauts, 
ceux qui empêchent de vous épanouir pleinement... 



Avec quoi écrire ? 


On écrit toujours notre vie. Au début l'écriture permet plus 
d'apprendre à se connaître, ou à connaître les autres. Au 
départ, on a du mal à se comprendre, ou à comprendre les 
autres. Partir de ce qu'on connaît le mieux, tout en explorant 
l'inconnu, permet d'aller plus loin. Cela donne, ensuite, envie de 
s'informer, pour donner son avis. 

On s'informe selon ses orientations. Le journalisme 3 permet de 
s'informer. Il ne faut pas aller contre soi, tout en évoluant. Les 
personnes qui nous apprennent une nouvelle information 
peuvent apporter ce plus qui manque. Ce que nous refusons 
d'écouter freine notre potentiel d'évolution, parce que nous ne 
savons pas le critiquer. 

À la fin, l'écriture devient un jeu où l'on délivre ses cartes. Ces 
cartes, qui donnent du sens à nos textes, viennent de ce qui a 
été appris à notre manière. Notre avis prime, car nous sommes 
tous faits de la même manière. 


Mes notes 


Écrire sur une conférence que vous avez vue... 

On trouve des conférences sur des sites web de vidéos , de 
bibliothèques , d'associations voulant diffuser une information. 



Le fond ou la forme ? 


Il existe deux genres d'écrivains : 

• Écrivains attachés à la forme ou la communication. 

• Écrivains attachés au fond ou à l'écoute. 

Si on est communicatif, trouver les idées avec les relations, ou 
la lecture, permet d'avancer vite. Sinon, trouver une mise en 
forme, ou retravailler ses écrits, permet d'améliorer le style, qui 
s'améliore. 

Travailler avec quelqu'un, qui a déjà écrit, ou bien quelqu'un à 
l'opposé de soi, permet de s'améliorer. Cette écriture devient, 
alors, suffisamment homogène pour être entendue. 

Pour écrire il faut se donner envie, si on est dans l'écoute. On 
retravaille ses textes, pour améliorer le style. On évolue. 

On s'analyse, pour changer son style. Trouver quelqu'un pour 
améliorer techniquement sa créativité permet de mieux 
comprendre les autres. 

Il faut, si on est dans la communication, chercher qui ou ce 
qu'on est. Si on communique beaucoup, on comprend les 
autres. 

Expliquer positivement aux autres qui ils sont permet de les 
combler. Ensuite ils nous apportent du fond. 

Mes notes 


Ecrire sur quelqu'un à l'opposé de vous... 



Bien écrire 


Pour bien écrire il faut : 

• Rêver - Notre environnement fait rêver. 

• Aller de l'avant - Le lecteur veut avancer. 

• Se dire comment les choses sont faites. 

• Écrire ce qu'on perçoit - Cela galvanise. 

• Se dire "si..." pour trouver à écrire. 

• Changer pour évoluer - Avoir en tête ce que l'on est permet 
de faire de meilleurs choix. 

On travaille plus : 

• Sa technicité, si on est dans l'écoute. 

• Le fond, si on est dans la communication. 


Écrire bien, c'est sculpter son texte, en sachant ce que le 
lecteur souhaite. On sait au fur et à mesure ce que le lecteur 
souhaite, en allant vers les autres. 

Le lecteur journalier souhaite techniquement la précision, le 
sens, le fond, le style. Il faut aller le chercher, car il lit tout. 


Mes notes 


Écrire une histoire fantastique que vous souhaitez vivre... 



Créer un rythme 


Pour créer un rythme rapide, il faut : 

• Utiliser des verbes d'actions. 

• Créer des phrases courtes. 

Pour créer un rythme lent, il faut : 

• Expliquer au maximum ce qu'on pense. 

• Ne pas utiliser de verbe d'action. 

• Utiliser les participes. 

• Ajouter des mots de liaisons. 

• Mettre des virgules. 

Il est plus agréable de passer lentement d'un rythme à un 
autre, excepté pour l'effet de surprise. Utiliser l'émerveillement, 
plutôt que le rythme, permet aussi de surprendre. Une écriture 
avec un rythme haché est illisible. 


Mes notes 


Écrire uniquement avec des phrases courtes et des verbes 
d'action... 

Puis , écrire le lendemain , avec des phrases longues 
compréhensibles. 

Comparer les deux écrits. 



Écrire avec une contrainte 



Écrire avec une contrainte 


Une contrainte, bien étudiée, permet de trouver à écrire. Tout 
d'abord il faut se dire qu'elle ne convient pas ou qu'elle 
convient. En effet, pour écrire, il faut toujours exagérer ses 
sensations. Puis on se dit ce qui conviendrait, ou pas, avec cette 
contrainte. Faire cette réflexion permet de travailler des côtés 
inexplorés. 

Ensuite on commence à écrire. Puis on trouve des idées souvent 
bizarres pour adapter cette contrainte à sa pensée. En se disant 
"si..." on adapte ses idées, en les confrontant avec la réalité de 
la contrainte. 

Quand la cause semble perdue, ou même lorsqu'elle semble 
acquise, il faut défendre son propos en persuadant, grâce à ses 
qualités, qu'elles soient de paroles ou humaines, tout 
simplement. 

Celui qui défend les causes perdues sait convaincre... 


Mes notes 


Ecrire en défendant un voisin détesté... 




Les contraintes 


Les contraintes ne servent qu'à trouver à écrire. 

On peut utiliser ce genre de procédés en groupe ou seul : 

• Trouver des mots et les placer dans son texte. Cela permet 
d'écrire avec spontanéité. 

• Placer des images ou photos dans son texte pour travailler 
la description. 

• Faire commencer ses phrases par certains mots comme "si" 
ou "j'aime". Ne pas hésiter à confronter le négatif avec le 
positif. 

• Finir ses phrases par certaines rimes. Cela permet de 
travailler la poésie. 

• Apprendre un nouveau genre de texte. Il existe beaucoup 
de méthodes pour écrire, afin d'être bien compris. 

• Utiliser une méthode de travail ou d'analyse permet 
d'apprendre des métiers. 

• Faire le journaliste, avec Internet, ou ses amis, pour 
travailler la curiosité. 

• Retravailler un texte, avec un objectif. On s'améliore, si 
l'objectif est atteint. 

On peut utiliser ce genre de procédés en groupe: 

• Boucher les trous d'un texte, dont on a éludé des phrases 
ou mots. Cela fait travailler l'imagination. 

• Faire tourner des feuilles vers son voisin, de gauche ou de 
droite. Cela fait travailler la dextérité, car certains écrivent 
à tue-tête. 


Mes notes 



Essayez les différentes façons d'écrire avec une contrainte. 



Écrire un poème 


Pour écrire un poème, il faut avoir du vocabulaire, afin de 
trouver les rimes. Une rime est une fin de mot, se prononçant 
de la même manière, à un autre endroit du poème. Les rimes 
sont à la fin des vers. Elles créent un rythme du poème. Un 
poème possède le minimum de ponctuation. Le rythme du 
poème permet de le lire sans ponctuation. 

Mais il y a une astuce, si on n'a pas beaucoup de vocabulaire : 
Il suffit d'avoir des rimes préparées. On peut faire facilement 
des rimes en "er". Cela peut servir pour le slam. 

Un beau poème donne des émotions. Il faut que le lecteur se 
sente entraîné par ses sentiments, pour que le poème soit 
réussi. À certains moments, le lecteur est dans cette condition. 

Il existe toutes sortes de poèmes comme les limericks, les 
sonnets, les fables. En général ces poèmes ont une restriction 
thématique, avec les fables ou les limericks. Une fable est un 
poème avec personnages fictifs, ou des animaux et une morale. 
Un limerick est humoristique, sarcastique, grivois, 
irrévérencieux ou irréligieux. 

Sinon, la contrainte peut être structurelle, avec les limericks 4 ou 
les sonnets. On demande alors des vers, avec un certain 
nombre de syllabes, ou pieds. On peut aussi demander certains 
genres de rimes. Les genres de rimes sont groupées, en 
fonction de l'éloignement de différentes rimes. 

Vous pouvez trouver de nouvelles références de poèmes chaque 
jour. Après avoir écrit des poèmes, on peut se laisser tenter par 
une ballade, puis une chanson. 


Mes notes 


Écrire un genre de poème choisi... 

Faire une recherche des structures poétiques sur WIKIPEDIA. 



Corriger un poème 


Corriger, ou relire un poème, permet de savoir l'émotion que le 
lecteur aime. Nous ressentons beaucoup de choses par le 
rythme. Le rythme, en poésie, ce sont les pieds représentés par 
les syllabes. Un pied est un son de sa voix. 

On cherche d'abord à remplacer certaines comparaisons par des 
métaphores, en rapport avec l'émotion produite. Relire son 
poème à haute voix, ou avec quelqu'un d'autre, permet de 
trouver des sensations. Le rêve crée la métaphore. 

Les vers possédant des pieds pairs sont plus harmonieux. Le "e" 
muet se prononce, mais on relit les apostrophes avec le mot. Il 
faut donc éviter le "e" muet, peu envoûtant. Éclaircir son poème 
permet de mieux transmettre l'émotion. 

De même, assortir les singuliers avec les singuliers, les pluriels 
avec les pluriels permet de créer une cohésion. Le hiatus ce 
sont deux syllabes identiques, côte à côte, qui produisent un 
son identique. C'est peu harmonieux donc à éviter. Par contre le 
hiatus est intéressant pour la surprise. 

Ainsi les rimes peuvent être suivies en A-A-B-B pour 
homogénéiser. On peut aussi alterner en A-B-A-B afin de 
diversifier. On peut aussi déplacer une rime, tout à la fin, pour 
créer un effet de surprise, puis reprise, afin que le lecteur 
s'intéresse à la fin du poème. 

L'alexandrin est un vers en douze pied très harmonieux. Il est 
difficile à réaliser. En effet il nécessite de compter chaque pied 
de vers, en coupant le rythme, deux ou trois fois, afin de le 
rendre lisible. 

Dans la poésie classique, on parle de "richesse de rimes", 



lorsque deux rimes sont d'égale résonance, "aimer" et "viser" 
c'est plus joli que "aimer" et "narrer" ou "aimer" et "penser". 


Mes notes 

Corriger un poème selon quelques unes des règles qui vous 
semblent importantes... 


Écrire une ballade 


La ballade est moyenâgeuse. Elle se compose de trois couplets 
et demi, chacun de huit vers de huit pieds. 

Le tout se joue sur trois rimes, avec des fins de vers organisées 
comme ceci : A-B-A-B-B-C-B-C. Cela crée un rythme 
harmonieux à chanter. 

Les trois couplets se terminent par le même vers. Le demi 
couplet final, qui se nomme "envoi", commence par un beau 
mot, "Amour" ou "Belle", par exemple. La ballade se termine 
par les rimes B-C-B-C, dans ce demi-couplet. Il y a en tout 
vingt-huit vers. 

Un poème qui se chante possède des rythmes répétés et 
harmonieux. Vous pouvez vous servir du chapitre précédent, 
afin de Corriger votre poème, pour qu'il soit chanté. 


Mes notes 


Ecrire une ballade à chanter... 



Créer ses ateliers 


Créer un atelier, c'est animer un groupe de personnes, autour 
d'un thème choisi, en exposant ses idées. Il faut savoir 
comprendre l'auditeur. Or on sait qu'on est le plus accessible 
aux débutants lorsqu'on apprend. Savoir expliquer est essentiel. 
Cela s'apprend avec des personnes complètement différentes. 

Il existe sur le web des sources intarissables pour créer votre 
atelier. FRAMABOOK vous donne la possibilité d'imprimer des 
documents sur l'informatique. La langue des signes peut être 
enseignée grâce au web en ateliers sans forcément la connaître. 
Il faut cependant savoir observer. On peut aussi apprendre à 
créer avec un instrument. 

Il faut aussi vérifier les licences de diffusion des documents, 
servant de base, afin de savoir si l'atelier peut se faire. 

Un site web de sorties permet de tester son atelier. On peut 
aussi consulter sa maison de quartier, une association. 
L'essentiel est de s'y retrouver. 

Il existe un degré d'acceptation d'une information par un 
débutant. Cela est valable aussi pour la lecture. On apprend à 
doser ses informations en dialoguant. 

À force de créer des ateliers, on échange des éléments 
essentiels du quotidien. Le thème choisi est étudié en long et en 
large, avec des personnes peut-être plus compétentes que soi. 
Vous vous aurez osé. Eux feront peut-être comme vous. 

Mes notes 

Mettre en place un atelier, autour de votre domaine de 
prédilection. Il faut avoir écrit > puis fait lire des écrits autour de 



son domaine , puis s'intéresser à transmettre... 



Le slam 


Le slam, c'est inventer des poèmes devant les autres. 

Pour faire du slam il faut : 

• Fonctionner sur son intuition. 

• Avoir un avis qui évolue. 

• Préparer des rimes passe-partout. 

• Rimer pour s'entraîner. 

• Être engagé dans une activité au moins. 

• Ne pas hésiter à parler devant un public. 

Il faut d'abord faire lire un poème, puis se le lire. Puis on 
improvise avec de la préparation et une bonne mémoire. On 
peut aussi lire le poème que l'on vient d'écrire. 

On peut choisir des rimes préparées, qui peuvent passer 
partout, que l'on peut changer facilement. 

Ensuite, le vocabulaire et la mémoire aident contre le trac. Le 
plus important est de dire des rimes, afin de ressentir une 
émotion. 

Pour montrer que l'on évolue, on peut aller à des ateliers de 
slam, puis de lectures de contes. La lecture de contes, c'est lire 
une histoire et la redire en gardant la trame. Il y aussi le 
théâtre d'improvisation, les exposés à présenter. Toute 
présentation devant un public est à apprendre 5 pour slamer. 


Mes notes 




Écrire un éloge 


Pour écrire un éloge, il faut d'abord trouver des éléments, à la 
fois objectifs et convaincants, à propos de celui pour qui, ou ce 
sur quoi on est élogieux. Ensuite on définit ce qui est plus ou 
moins élogieux. 

Une polémique bien présentée peut être élogieuse. La fin d'un 
éloge comble le lecteur, ou l'auditeur, par une emphase. 

Il faut ensuite écrire son éloge, en changeant de thèmes ou de 
points de vus objectifs et positifs. L'objectivité améliore les 
phrases positives. L'objectivité n'est jamais complète. C'est 
pourquoi il faut la chercher. 

La fin devient de plus en plus élogieuse. Un éloge s'écrit en 
hyperbole, avec des accélérations au début et à la fin.. Il faut 
combler le lecteur, ou l'auditeur, au départ, pour qu'il adhère à 
la fin, par la forme et le fond de l'éloge. 

Mes notes 


Ecrire une emphase , sur vous ou sur quelqu'un... 



Écrire un conte 


Lorsqu'on veut expliquer une idée et que l'on manque d'idées 
pour que les autres comprennent, on peut se rattacher à la 
nature. Après tout elle nous explique l'essentiel. 

On essaye, alors, de préparer des animaux ou plantes, en 
choisissant ceux qui représentent le mieux ce que l'on veut 
expliquer. 

On va ensuite utiliser les personnages qui ne veulent pas 
comprendre, comme étant ceux qui ont le mauvais rôle. Puis, 
on se choisit un personnage qui va faire vivre la morale du 
conte, le message à donner. 

En se disant "si.." on peut écrire l'histoire, ou la raconter à 
quelqu'un, en lecture de contes. En effet, au début, les contes 
n'étaient que dits. 


Mes notes 


Écrire un conte avec des animaux de 
compagnie ... 




Lecture de contes 


La lecture de contes, c'est improviser une histoire vivante, en 
fonction du scénario d'un conte. On ne se souvient que de la 
trame du conte, quand on raconte. On ne récite pas, mais on 
invente des émotions, ou dialogues. 

Il faut alors improviser et créer des attitudes, puis faire 
ressentir son émotion, quand on revit cette histoire. Certains 
auditeurs innocents permettent de savoir si on montre la bonne 
émotion. 

On peut être aidé par un décor adapté, ou une ambiance 
joueuse, car celui qui regarde doit jouer avec vous, pour 
s'imbriquer dans l'histoire. 

Lorsqu'on se suit, l'histoire prend un caractère émotionnel 
important. La lecture de conte demande à jouer avec ses 
sensations, pour montrer le meilleur de soi. 


Mes notes 


Participer à un atelier de lecture de contes... 

Créer ses ateliers , racontant des histoires , qui parlent du 
quotidien , de nos limites... 



Écrire un exposé 


Un exposé est présenté aux autres. Il n'y a donc pas besoin de 
savoir écrire, mais plutôt de savoir se mettre en valeur. 

Les premiers exposés apprennent son domaine à un public, qui 
a été averti du thème avec un résumé de la conférence. Ils 
peuvent être retravaillés, ensuite, avec les questions du public. 

Il faut que celui qui entende comprenne les idées essentielles et 
pourquoi elles s'offrent à lui. 

C'est pourquoi un exposé se présente généralement comme 
ceci : 

• Quand et Pourquoi ? (Introduction) 

• Comment ? (Exposé) 

• Sinon... (Conclusion) 

Le début de l'exposé met en place une histoire, avec des 
recherches historiques ou sémantiques. On donne une raison à 
l'exposé. 

Ensuite, on explique, avec ses connaissances, de façon plus ou 
moins étayée, en fonction du temps imparti. On peut faire 
participer le public, en lui demandant d'agir ou en 
s'interrogeant. 

On définit le temps imparti, en se présentant l'exposé. Il ne faut 
pas oublier les questions que l'on se pose, lorsqu'on se critique. 
On utilise alors son perfectionnisme. 

La conclusion ouvre vers d'autres recherches, en résumant ce 
qui a été expliqué. Tout doit être clair et précis. 

Il faut sans cesse se rattacher à ce qui vient d'être présenté, 
pour montrer que ce que l'on dit a du sens, en toute objectivité. 
Il faut être précis et créatif, tout en expliquant les mots, 
méthodes et termes de son domaine. 



Ensuite, choisir des exemples, démontrant ce qu'on dit, permet 
de s'adresser à tous et à toutes. Il faut savoir expliquer avec 
des exemples que tout le monde connaît. 

Il faut toujours écrire le plan sur des fiches, avec une fiche par 
vue. Cela permet d'éviter le trou de mémoire et le stress 
négatif. Plus un exposé est préparé, mieux on le réussit. 

Plus un exposé est court, mieux on le comprend. Si l'exposé est 
long, il doit capter l'auditeur avec des phrases chocs. 

Plus un exposé est créatif, ou recherché, plus il est attrayant. 
Un exposé documenté possède une suite pour soi. Il mène vers 
d'autres chemins. 

Certains ateliers de communication, culture et expression, 
permettent de réaliser un exposé, tout en apprenant à se 
présenter. Il y en a au Conservatoire National des Arts et 
Métiers. 

Mes notes 


Exposer un projet personnel pour vous , puis pour les autres... 



Écrire un discours 


S'adresser au peuple nécessite de le connaître et de combler 
ses désirs. Créer un discours nécessite d'être dans l'action et 
dans l'objectivité, permettant à ceux qui écoutent de s'identifier 
à soi. Les phrases descriptives sont en relation avec les valeurs 
communes humaines, qui sont la raison, la liberté, la fraternité, 
la solidarité, l'amour, la peur, etc. 

Le début d'un discours consiste donc à créer au moins un désir. 
On décrit un désir en commun avec les personnes à l'écoute. On 
écrit ce qui a amené à ce désir, ses envies qu'il engendre, 
d'autres désirs amenés par ses envies. On cherche l'objectivité, 
en proposant à ceux qui écoutent de construire avec eux un 
projet. 

Ensuite on comble le désir, en proposant en emphase son avis, 
son projet. L'emphase consiste à trouver des mots de plus en 
plus positifs avec un rythme musical de plus en plus soutenu. 
Créer un rythme avec des verbes d'actions intensifie son 
emphase. Les phrases courtes ont un objet voire plusieurs, qui 
sont mis en valeur avec des louanges. 

Il faut une fin à son discours. On écrit une pensée, lue ou 
écrite, qui comble l'auditeur, en faisant référence à quelqu'un 
qu'il connaît. Ou bien on écrit une emphase. Avec, le public 
participe à ses idées. 

On relit son discours, en cherchant comment les auditeurs 
percevront ce qu'on a écrit, afin de se mettre en valeur. Il faut 
donc comprendre l'humain pour écrire un discours. 

Si vous voulez en savoir plus sur la réalisation de discours, 
contactez votre écrivain public, participez à une formation sur la 
prise de parole, ou bien lisez un livre sur la prise de parole en 



public. 


Mes notes 


Écrire un discours sur ce que vous aimez chez les autres.. 



Apprendre à former 


Former, quand on ne connaît pas le métier, nécessite de l'écoute 
et de la communication. Il faut savoir ce que demande 
l'auditeur. Il y a généralement un domaine où l'on a vite évolué, 
alors qu'un autre manque pour répondre à la demande. Aussi 
un auditeur ne veut pas dire ce qu'il ne sait pas. Donc il faut le 
mettre en confiance. 

Si on écoute beaucoup les autres, on hésite à se valoriser, mais 
on est intéressant. Si on communique beaucoup, on se présente 
bien, mais il manque le contenu. Il est nécessaire d'être 
complet, pour former ou écrire. 

Seulement, pour former, il faut savoir communiquer un 
contenu. Celui qui est dans la communication sait vite former, 
mais manque de formations à créer. Il aime cependant lire et 
analyser, pour transmettre, plus qu'apprendre aux autres. 

Celui qui est dans l'écoute doit utiliser sa créativité pour 
expliquer. Il doit comprendre celui qui a du mal. Par contre, plus 
tard, il peut créer de nouvelles formations, pour apprendre et 
créer. 

Au départ, on ne veut pas comprendre celui qui a du mal, parce 
qu'on veut se comprendre soi. Seulement, à force de former, on 
finit tôt ou tard par comprendre l'auditeur. Le stress positif nous 
permet de créer des formations attractives. La créativité et le 
stress positif sont notre atout maître. Le stress négatif a montré 
un manque, souvent dû à une mauvaise préparation. 

Pour former excellemment, il faut savoir aller vers ceux qui ne 
nous comprennent pas. Ceux qui ne nous comprennent pas 
peuvent ne pas nous aimer. Comprendre pourquoi ils ne nous 
entendent pas permet de trouver du sens. S'ils ne nous aiment 
pas ils pourront nous dire plus facilement pourquoi ils 



n'écoutent pas, si nous les comblons. 


Le néophyte doit comprendre votre formation. Arriver à ce 
qu'un inconnu arrive à comprendre votre formation, c'est 
l'aboutissement d'une formation réussie. Il faut utiliser le 
moment où l'on est le plus communicatif et le plus créatif, pour 
arriver à cela. On peut apprendre à devenir communicatif et 
créatif, grâce au théâtre, ou à la lecture de contes. Les 
meilleurs comédiens sont à la fois dans l'écoute et la 
communication. 

Il existe des cours sur la formation de formateur. Des cours du 
Conservatoire National des Arts et Métiers permettent de 
s'attacher à la diffusion ou à la préparation et au suivi d'une 
formation. 

Mes notes 

Essayer de former un ami qui souhaite quelque chose de vous. 

Il faut savoir créer un atelier. Il faut avant savoir ce que 
demande l'auditeur et ce qui est induit ou non exprimé dans sa 
demande. 

Des questions ouvertes sont des questions laissant le choix des 
réponses. Elles permettent d'apporter une première réponse. 
Des questions ciblées ensuite permettent de s'assurer de la 
bonne compréhension de la formation... 



Apprendre un métier 


Pour former sur beaucoup de thèmes, il est intéressant 
d'apprendre de nouveaux métiers. Ces nouveaux métiers appris 
servent à étayer ses formations. 

Seule la pratique permettra d'être bon dans ce nouveau métier. 
La mémoire et la mise en situation permettent de s'adapter au 
travail à effectuer. 

Chaque métier possède son vocabulaire, ses méthodes, ses 
outils, ses codes. Après avoir lu un métier, écrire permet de 
mettre en pratique ce que l'on a appris. Avec des exercices à 
corriger, on peu ainsi apprendre, par la lecture, puis l'écriture. 

Il faut s'intéresser aux détails, ne pas hésiter à se passionner, 
en écrivant, lorsqu'on apprend. C'est lorsqu'on apprend que l'on 
est le plus proche du lecteur. On peut ainsi détailler, jour après 
jour, un livre accessible. 

Mes notes 

Chercher un livre d'exercice sur un métier, que vous auriez 
souhaité faire. 



Mon premier sketch 


Il faut surtout écrire un sketch quand on en a l'envie. Ce sont 
l'esprit de dérision et la connaissance des autres qui font 
l'humoriste. La fraîcheur donne de l'enthousiasme. L'humour 
c'est se comprendre en s'amusant. Si la vie n'était que bonne 
humeur, nous serions plus à l'écoute des autres. 

Pour écrire un sketch, on ajoute d'autres cartes de genres 
différents que les premières. Être un humoriste avec ses amis 
permet d'être drôle, mais nécessite ensuite de l'écoute afin de 
s'améliorer. Ou bien comprendre l'humain permet de se moquer 
de soi, mais peut ne pas être drôle. 

Celui qui écoute aime croire qu'il a quelqu'un de stupide en face 
de lui. Donc on fait croire que celui qui raconte le sketch est 
ridicule. Cela permet de se rapprocher d'autrui. Plus on sait se 
moquer de soi, plus on s'accapare un public. 

En utilisant les différents comiques, pour écrire son sketch, on 
comble ses différents auditeurs. On peut utiliser le comique de 
situation et le jeu de mots, avec des gestes exagérés, un jeu 
sur le caractère et les mœurs. On peut aussi utiliser 
l'exagération, la poésie, les quiproquos du langage, 
l'étonnement, une situation étrange, des personnages 
burlesques ou touchants. 

Lors d'une première présentation, on voit quand rit son public. 
On peut tester, avec eux, une partie de son histoire. Inventer 
des histoires permet, pour quelqu'un qui retient bien les 
drôleries, de créer des situations rocambolesques. 

Pour écrire un bon sketch, la compréhension de celui qui écoute 
est primordiale. Comprendre pourquoi celui qui entend rit 
permet de s'informer sur soi. Si on est psychologue, on écrit 
déjà quelque chose qui peut être entendu. On peut aussi 
trouver ce qui est drôle dans certaines mimiques. Ensuite, 



utiliser l'humour permet de se prendre au ridicule. 


Écrire un bon sketch nécessite la compréhension de celui qui 
l'écoute. Comprendre pourquoi celui qui écoute rit permet de se 
renseigner sur soi. 



Mes notes 


Écrire un sketch avec des situations humaines absurdes... 


Écrire une romance 


Écrire une romance nécessite de ressentir, en soi, une émotion 
qui parle. Est-on porté par la confrontation des idées, ou bien 
par ce qu'on vit chaque jour ? Les deux points de vue sont 
primordiaux. On favorise en soi l'un plus que l'autre. En sachant 
cela on peut homogénéiser ses textes. 

Se renseigner sur les autres permet d'écrire pour eux. On écrit 
pour les autres quand on pense à la perception du lecteur, que 
l'on sait ce qu'il va aimer ou pas. Pour écrire une romance, il 
faut aussi se mettre en situation, avec ses personnages. Se 
mettre en situation peut s'apprendre en faisant du théâtre. 

Lorsqu'on écrit d'un premier jet, il faut garder en mémoire la 
perception orale de ce que l'on écrit. En écrivant cette 
perception, avec un vocabulaire courant, on retranscrit les 
personnages tels qu'on les perçoit. En gardant cette vue orale 
sur le comportement des personnages, on améliore les textes, 
sans enlever l'essence du roman. 

Choisir des personnages tirés du vécu permet de montrer vos 
vies explorées, avec votre intimité, ou votre perception. Tout ce 
qu'on aurait voulu trouver permet d'écrire et d'imaginer des 
situations. Chaque personnage possède une intrigue qui évolue. 
Cette romance est courte, si cela suffit, ou longue si elle parle. 

Le lecteur doit s'attacher au futur des personnages. Ainsi ceux- 
ci doivent prendre des risques qui parlent au lecteur. 
Évidemment l'amour est le thème qui parle à tous. Mais on peut 
ajouter d'autres petites histoires, qui ont un lien avec la 
romance. On peut se dire "si..", pour imaginer ces histoires 
parallèles. 


Utiliser un scénario permet de savoir si ce qu'on écrit a du sens 



et du suspense. Le sens se cherche à chaque instant. Résumer 
la romance permet de déceler des modifications à effectuer. 


On peut écrire avec quelqu'un d'autre, pour se motiver, en 
utilisant le brainstorming et les qualités toujours différentes de 
chacun. 


Écrire une romance nécessite de rester dans le monde de ses 
personnages longtemps. On devient rêveur, mais le discuter 
avec les personnes qui ressemblent à soi permet de donner plus 
de sens, plus de situations quotidiennes. 

Une bonne romance est une romance où l'auteur sait amadouer 
le lecteur. Savoir ce que veut le lecteur est donc primordial. En 
sachant ce qu'il attend de soi, on le comble avec la technique. 
Sa technique, c'est la connaissance de soi, comblée par un style 
amélioré, du sens ajouté, du rythme travaillé, des erreurs 
évitées. 

Mes notes 

Assembler des histoires écrites en un roman... 



Créer un scénario 


Un scénario sert à travailler des œuvres d'une autre dimension, 
qu'un simple texte ou poème. Il peut prendre la forme d'un 
story-board, une bande-dessinée descriptive. Ce peut être aussi 
un texte, ou une chanson, des dessins, un livre à remodeler. Le 
livre à remodeler est forcément créatif, ou bien d'un style peu 
visité. 

Le scénario peut donc servir à résumer une future œuvre, que 
ce soit un roman, une bande-dessinée, une musique ou un film. 
Le roman va donc permettre d'étayer un travail d'introspection, 
permettant de détailler le scénario. 

On s'intéresse alors à une thématique, portant sur certains 
détails, ou un travail de fond, afin de mettre en valeur une 
majeure partie de son futur travail de détails. La thématique 
peut être un visuel des personnages, comme un simple manque 
décelé par ses lecteurs. 

On met aussi dans le scénario ce qui peut s'oublier. Ce qui gêne 
doit être revu ou enlevé. Seule sa thématique choisie et le 
rendu comptent. 

Travailler un scénario, même s'il n'est pas fini, permet 
d'éduquer son esprit à la thématique travaillée. Ce qui est 
important, c'est l'évolution de son travail, pas l'objectif de 
résultat. 

Mes notes 

Écrire un scénario, afin de travailler son histoire sur une 
thématique , portant sur certains de ses détails... 



Créer un scénario de roman 


Un scénario de roman se construit avec l'imagination et du 
vécu. Choisir un sujet qui touche crée l'environnement du 
roman. L'imagination ou le vécu permettent d'intriguer le 
lecteur, avec ce qui semble étrange. On exagère et on 
caractérise le personnage, afin qu'il se rapproche de son 
imagination. 

Ce sujet parle du quotidien, même si c'est de la science-fiction, 
mais on peut cacher ce quotidien, grâce aux personnages, ou à 
la situation. 

C'est alors qu'on peut créer un scénario en se disant "si...". Ce 
scénario est amélioré ensuite en écrivant le roman. 

Mes notes 


Écrire un premier scénario d'histoire, sur un sujet qui vous 
concerne chaque jour ... 



Créer un personnage 


On crée un personnage en se servant de son expérience 
personnelle. On comble l'inconnu avec son ego et les autres. 
C'est pourquoi développer son ego et son humilité, avec les 
autres, permet de devenir auteur de roman. Il faut toutefois 
savoir rester sur la même activité, suffisamment longtemps. 


Écrire sur un personnage nécessite que ses habitudes touchent. 
Il faut que le lecteur comprenne pourquoi on a été touché, avec 
une mise en situation et une description qui fixent le lecteur. On 
peut alors créer une vie qui correspond à ce qu'on voit en lui, 
prise sur l'expérience quotidienne, qu'elle soit imaginée ou 
réelle. 

L'environnement du roman permet de situer le personnage. On 
peut ajouter des éléments en fonction de la situation, pour 
renforcer ses caractères. Un personnage qui parle au lecteur 
c'est son quotidien. 

Mes notes 

Créer un héros qui a toutes les qualités que l'on a... 



Écrire un livre 

Un livre c'est comme une ville. On ne connaît pas chaque 
phrase et on ne peut intervenir que sur une infime partie. Un 
livre n'est pas terminé, si le lecteur nous le dit. 

Le début d'un livre permet de donner envie de lire. La relecture 
du début permet d'ajouter du mystère, du détail, son envie, ce 
qui manque en somme. 

Tout doit être exact et précis. Un livre est structuré en 
chapitres, pour que le lecteur distingue cette structure lui aussi. 
Tout ce qu'on pense doit être écrit, d'une manière ou d'une 
autre, avec un simple avis ou des détails. Le lecteur intellectuel 
aime le détail et le suspense. C'est lui qu'il faut chercher, car il 
lit beaucoup. 

On écrit un livre en délivrant un maximum de cartes de son jeu. 
Il faut rester sur le même objectif, pendant le temps que le livre 
se construit. Les réflexions et son oisiveté créent le livre. 

Autrement dit, utiliser son amour du détail, sur le sujet du livre, 
permet ne pas changer de thème. On écrit dès qu'on en a 
l'envie. On étudie alors le thème en l'explorant sur tous les 
angles. 

Il y a deux manières d'écrire : Mettre en place un scénario au 
début, ou au fur et à mesure. Il est préférable de créer son 
scénario au fur et à mesure, si le thème n'a pas été 
suffisamment exploré. 

On écrit alors différentes histoires, ou analyses, sur le même 
thème. Ces textes sont mélangés, s'il s'agit d'un roman. Le 
scénario et les intrigues créent les chapitres. Ils sont organisés 
en chapitres, pour des analyses ou explications. 



Les chapitres sont donc à peu près égaux. Ils décrivent plus une 
ambiance donnée par l'auteur, ou bien une façon d'écrire, une 
intrigue. Il faut cependant définir comment on voit ses chapitres 
dans un roman. Tout doit être pensé dans un livre. 

Pour écrire un livre, il faut avoir fait de la politique. Les 
meilleurs livres ont une science, un sens qu'on veut comprendre 
après avoir lu. Ils sont donc réfléchis et pensés à l'avance. Nos 
premiers livres ne sont jamais pensés à l'avance, mais 
possèdent de la fraîcheur. Les meilleurs livres permettent de se 
construire, de trouver des éléments sur soi, d'évoluer. Il faut 
plaire au lecteur, tout en osant lui apprendre ce qu'il ne sait 
pas. 


Mes notes 

Trouvez des relations entre certaines histoires, ou analyses , afin 
de déceler un thème , ou une relation dans vos écrits. 

Comblez les manques ou détails que vous souhaitez ajouter 
dans des histoires ou analyses annexes. 

Créez un livre organisé en chapitres. Si vous utilisez un 
ordinateur > il existe pour cela un outil libre et gratuit comme 
LIBRE OFFICE. 

Recherchez avec le traitement de textes les mots avec peu de 
détails comme "est", "fait", "suis", etc. Ajoutez du détail ou 
améliorez le sens à la place de ces mots. 

Sauvegardez votre livre électronique en le dupliquant à au 
moins deux endroits différents. 




Écrire pour les autres 



Écrire pour les autres 


On écrit toujours pour les autres. Il est à chaque fois 
intéressant de montrer ses textes, pour savoir où l'on va. 
Maîtriser votre vie avec les autres est votre atout maître. 

Si vous êtes dans la communication vous vivez pour les autres. 
Ce que vous écrivez se comprend facilement. Il faut donc 
expliquer à quiconque dans l'écoute qu'il peut apporter la 
communication de soi aux autres. On s'enrichit alors plus vite, 
tout en se montrant comme un professeur dans l'écoute. 

Si vous êtes dans l'écoute, plus on se différencie de l'autre, plus 
on apprend avec lui. Si on pense à une méprise éventuelle, elle 
serait venue un jour ou l'autre. Le mieux est donc d'anticiper, 
plutôt que de subir. Aller à la rencontre des autres permet 
d'écrire pour eux. 


Mes notes 


Ecrire une lettre à quelqu'un... 




Ce que le lecteur aime 


Le lecteur aime : 

• L'amour. 

• Rêver. 

• S'informer. 

• Le mystère. 

• Le suspense. 

• Penser. 

• La générosité. 

• L'extrême. 

• Le voyage. 

• Les gens. 

• Les genres. 

• Apprendre. 

Un texte court possède certains de ces attraits. Travailler un 
roman ou une histoire consiste à créer plusieurs histoires, par 
rapport à ce que le lecteur recherche. 

Dans le roman, changer les fils de l'histoire et en créer de 
nouveaux permet d'ajouter du suspense. En créant de petites 
histoires, on peut ensuite les disséminer ou les insérer. 

Mes notes 


Ecrire une histoire qui a pour titre une des passions du 
lecteur... 




Se critiquer 


Se critiquer, c'est trouver ce qu'il y a de mieux en soi. On y 
arrive en regardant ses défauts. Mais ils viennent souvent d'une 
peur qui nous repousse. 

Si on n'a plus peur de nos défauts, nos qualités se révèlent, car 
nos en avons tous, il faut juste trouver avec qui les exprimer. 

Connaître ses défauts permet de réagir, quand on est galvaudé 
ou renié. Mais cela permet aussi d'écrire sur ce monde 
imparfait. 

Nos écrits deviennent alors plus réalistes, car nous recherchons 
une vérité. Le lecteur lui aussi essaie de résoudre un problème, 
en lisant. 

Mes notes 


Écrire sur ses défauts. Chercher à s'améliorer ou à remplacer 
un défaut par une qualité... 

En effet on veut intuitivement combler ses défauts , si on les 
connaît. L'important est d'être d'accord avec soi. 



Raconter les autres 


Quand on est sensible ou créatif, il n'y a aucun problème à 
écrire, en ayant envie de s'épanouir. Observer les autres et se 
souvenir permet de trouver comment écrire sur soi et sur eux. 

L'écriture permet de se mettre en valeur. Mais elle sert avant 
tout à raconter d'autres vies. Elles sont à mettre en valeur, 
grâce à son ego et l'observation. C'est à ce moment que l'on 
montre comment on perçoit son environnement, pour se 
comprendre encore mieux. 

On observe les autres et on comble leurs mystères, avec son 
ego. La logique et la recherche du sens servent à créer des 
personnages, exagérés ou sensibles. Il est plus facile d'exagérer 
un personnage que de le construire, comme quelqu'un 
d'introverti. 

Le mieux est d'observer, de noter, pour trouver une histoire et 
choisir un modèle, si la création manque. En se relisant, 
l'écriture se révèle à soi, à force d'aller vers les autres. Au final, 
on construit la façon de penser que l'on perçoit, car toute façon 
de penser est un simple avis. 


Mes notes 


Écrire sur les personnes de son quartier ou village... 













Mettre en place un projet 


Un projet c'est : 

• Un début vers une destination, une fin. 

• Des objectifs permettant de le réaliser. 

• Construit avec les autres. 

Un projet ça peut être tout ce que l'on veut. Avec les autres on peut en 
effet imaginer toutes sortes d'objectifs. C'est pourquoi certains projets se 
réalisent plus facilement que d'autres. 

Pour mettre en place un projet il faut d'abord écrire ce qu'il apporte à 
ceux qui en bénéficient. Décrire à qui il s'adresse crée donc la première 
étape. Une autre étape se construit avec la définition de la fin du projet. 

Ensuite on écrit des objectifs permettant de combler les manques, afin de 
mettre en place son projet. Pour trouver les manques, on fait défiler son 
scénario à partir de la fin, en se demandant comment on passe à l'étape 
suivante. Lire son projet aux autres permet de le mettre en valeur, en le 
critiquant. 

On cherche alors les erreurs qui peuvent se produire, en donnant alors 
des objectifs secondaires. On définit donc les risques ou failles 
éventuelles. 

On met alors en place un plan d'évolution du projet, en cherchant des 
erreurs de coordinations. Des problèmes secondaires se comblent avec 
des acteurs ou objectifs secondaires. 

On met en place une présentation du projet, reprenant les éléments 
importants. On cherche enfin des partenaires au projet, qui comblent nos 
défauts, ou ajoutent des atouts. 


Il faut connaître : 



• Le domaine du projet. 

• La présentation d'un projet. 

• Le pragmatisme. 

Vous pouvez consulter dans le livre des chapitres comme Écrire 
un exposé ou Critiquer. Ils vous aident à mettre en place 
votre projet. 

Mes notes 


Écrire son projet que l'on souhaite réaliser... 













Auteur créatif ou lecteur 


Les auteurs qui inventent et écoutent lisent moins que ceux qui 
souhaitent profiter des écrits des autres. Seulement leurs écrits 
sont repris par des auteurs qui lisent beaucoup. 

Construire un nouveau texte ne s'écrit pas comme une partition 
de musique. Il ne suffit pas de changer cette partition. Il s'agit 
de combler un manque que l'on a trouvé. Il s'agit de modifier ce 
qui se comprend mal. On décèle les éléments qui se 
comprennent mal, lorsqu'on cherche à comprendre ce qui a été 
écrit. Le sens puis le style sont primordiaux dans un texte. 

Inventer c'est se poser des questions, autour de ses limites. Le 
créateur devient alors un génie, car il permet aux autres 
d'avancer. Nos limites sont, pour certaines, une accessibilité aux 
autres. 

Ceux qui lisent et qui inventent repoussent les limites 
humaines, en se posant les bonnes questions, celles qui font 
avancer les autres. Leurs écrits sont suffisamment travaillés 
pour présenter leur invention ou idée. 


Mes notes 


Ecrire sur ses limites... 



Écrire pour tous 


Il existe une façon d'écrire qui permet d'être lu par tous. Une 
écriture pour tous ne plaît pas forcément à tous. Mais le lecteur 
avec a plus facilement envie de lire. 

Plus le lecteur s'évade moins il a l'impression de suivre un 
chemin tout tracé, plus il pense pour lui. C'est comme cela qu'il 
aime l'auteur. Il devient indépendant tout en lisant. 

Il faut enlever les fautes de sens, ces fautes qui montrent son 
imprécision ou sa volonté de cacher. Le lecteur ne sait rien de 
nous. Il veut tout savoir de son auteur. 

En enlevant les fautes de sens, puis en étayant ses écrits, on 
devient accessible. Il ne faut pas enlever le rythme des phrases, 
mais laisser la poésie ou l'humour, ce qu'on a aimé. Il faut se 
méfier de ce qu'on n'aime pas, car une peur peut empêcher de 
se libérer. 

Il ne faut pas heurter celui qui lit. Il ne faut donc pas lui dire 
comment penser, ni faire de généralités. Le lecteur aime être 
informé. Le lecteur adore l'objectivité, le sens, le suspense. 
L'objectivité n'est jamais complètement aboutie. La recherche 
de l'objectivité puis du sens est donc constante. 

Il ne faut pas dire comment on se voit soi, mais plutôt décrire 
une vie quotidienne, pour rapprocher le lecteur de sa vie de 
tous les jours. Lorsqu'on parle du quotidien le lecteur retrouve 
des éléments de sa vie. Il retrouve l'envie de suivre. Il aime 
ensuite la nouveauté. 

L'humour permet d'écrire pour tous. Peu de personnes rient 
quand elles lisent. Exagérer sa personnalité permet de trouver 
l'humour et la poésie. 



Il faut connaître les atouts de l'écriture pour tous, comme le 
suspense, la réalité des faits, les dialogues nombreux, la poésie, 
la beauté des mots, la surprise, sa technique, la précision 
informant le lecteur. Il ne faut surtout pas étayer sans ajouter 
du plus. 

Mes notes 

Écrire une histoire qui plaît à soi, puis au lecteur... 



Voir son incertitude 


Nous avons tous été incertains. Si nous ne pensons pas cela, 
c'est qu'il y a des questions à se poser. 

Que ferions nous si nous devions prendre une décision dans 
l'incertitude ? Nous aurions selon notre conscience une chance 
sur deux de nous tromper. 

Il faut donc croire que l'honnêteté de nos choix s'acquière avec 
les décisions prises. Comment faire autrement ? En écrivant son 
incertitude, on peut alors prendre des décisions quelques jours 
après cette incertitude. En parlant avec quelqu'un, après avoir 
écrit, on peut lever son manque d'assurance. 

Il faut peut-être poser des questions à son entourage, car 
l'incertitude, par définition, n'est pas compréhensible. Il faut 
aussi comprendre pourquoi on en est arrivé là, à chaque fois. 
Ensuite on tente d'éviter ce scénario qui possède l'origine de 
ses défauts. Certains de nos défauts sont cachés par une peur 
quelconque. Retrouver confiance en soi en s'affichant cette peur 
peut, petit à petit, expliquer cette dernière, pour la prendre au 
ridicule. 

Nous voyons que beaucoup de personnes prennent des 
décisions dans l'incertitude. Une façon de se démarquer serait 
donc de devenir honnête, en étant suffisamment indépendant, 
grâce au jugement porté sur soi. L'humilité permet de trouver 
ses défauts, tout en se mettant en valeur pour les autres. 

Si on ne veut pas se connaître, on finit par prendre des 
mauvaises décisions. On se fie aux autres pour juger. On va 
jusqu'à juger les autres sans se connaître. On ne sait rien des 
autres parce qu'on ne se connaît pas. 



Voici donc la recette pour devenir connu par son honnêteté, 
source de bonheur. Il faut avoir sa liberté de penser et combler 
les raccourcis qu'on a toujours pris dans son enfance. 

La liberté de penser s'acquière en ne dépendant pas 
moralement des autres. On se crée des règles qui permettent 
d'être autonome. 

On a tous voulu atteindre des objectifs grâce à l'intuition, afin 
de gagner du temps. Une intuition non comprise ou non écrite 
se perd. 

Comprendre petit à petit ses travers permet de montrer ses 
atouts. Un jour, on croit qu'on a très vite et très bien évolué. 
Nos défauts se sont comblés en les comprenant. Cela permet de 
prendre des décisions dans le bon sens. Donc on évolue vers ce 
sens audible. 

Un jour peut-être on nous félicitera pour une décision prise. 
Qu'importe... L'important est d'expliquer comment on l'a 
réalisée. Il faut alors montrer ce que l'on imaginerait, afin de 
vérifier que l'on ne se trompe pas. 

Notre indépendance nous satisfait. Nos prises de décisions nous 
renforcent. Nous avons une expérience de valeur transmissible. 
Il ne faut cependant pas oublier nos travers enfouis, car nous 
les connaissons. Nous voulons juste les oublier. Pourquoi ne pas 
les écraser par la recherche de sa vérité ? 

Mes notes 

Écrire sa biographie en cherchant ce que l'on 
améliorer... 


Réveiller son talent 


Savoir se détendre et savoir penser pour s'améliorer soi permet 
de réveiller son talent. Travailler sa mémoire en apprenant des 
textes et en les lisant aux autres permet de se comparer à ce 
qui existe. Ensuite les rêves permettent de se construire, donc 
d'évoluer. On ne peut réveiller son talent sans faire travailler 
son esprit détendu, prêt à évoluer. 

On évolue doucement sur certains points et très vite sur 
d'autres. Alors il faut discuter avec les personnes à l'opposé de 
soi, pour travailler ce qui va lentement chez soi. Ensuite les 
autres pensent que l'on a complètement changé. On devient 
alors indépendant. 

Lorsqu'on est sur les limites d'autrui, on devient accessible. En 
effet l'humain aime évoluer quand ses peurs sont évacuées. 
Lorsqu'on se spécialise, seules les personnes de notre métier 
nous comprennent. 

En travaillant ses limites et en écrivant avec ses limites on tente 
de comprendre l'humain. Écrire comment nous sommes faits 
permet d'être lu ou écouté. Mais cela permet aussi d'écrire. 

On peut alors comprendre comment on conçoit la 
communication par son instinct. On peut donc expliquer 
comment on fonctionne. On devient un professeur ou un artiste 
de l'écriture. 

La mise en condition permet de se galvaniser et de rentrer dans 
un état idéal, pour montrer son talent. La mise en condition 
s'apprend au théâtre, en communication. 


Mes notes 



Écrire sur un point qui fait défaut. Trouver pourquoi ce point est 
négatif et le chemin qui permettrait de le combler... 



Critiquer 


Critiquer est ce que l'on fait le plus. Mais ce n'est pas ce que 
l'on fait de mieux. Nous critiquons en confondant notre intuition 
et nos préjugés. 

L'intuition décèle ce qui ne convient pas. Mais, sans la définir 
avec des mots, elle est faussée par des préjugés, voire une 
culture, si cette dernière n'évolue pas. 

Seul quelqu'un d'humble peut critiquer les autres. Il sait 
construire pour les autres en pensant à l'intérêt général. Il sait 
faire abstraction de lui, afin de comprendre autrui, pour voir ses 
différences et qualités. Si on ne sait pas s'oublier pour 
comparer, son jugement est au mieux raisonnable, au pire non 
appréciable ou sans valeur. 

L'écoute permet de critiquer mais l'égocentrisme fausse tout 
jugement. L'humilité permet de le refouler. L'égocentrisme sert 
avant tout à se mettre en valeur. Se comparer aux autres avec 
son ego est souvent risible pour quelqu'un d'humble. 

Mes notes 


Écrire sur vous sans vous valoriser ou vous dévaloriser... 

Écrire ensuite sur quelqu'un qu'on a du mal à comprendre avec 
la même méthode... 

Se relire.. 



Trouver un partenaire 


À force d'être toujours dans le même domaine, on devient 
insatisfait. En n'apprenant plus, on se lasse de la vie. Il faut 
donc trouver un partenaire différent de soi. 

Une institutrice a remarqué que certains élèves avaient le 
parcours que l'on croyait. D'autres changeaient complètement 
par un événement important ou leur envie de la différence. 

Pour trouver un partenaire il faut savoir prendre les meilleurs 
atouts de son côté. Si on est dans la communication il faut 
prendre un partenaire prolifique ou bien pragmatique. Si on est 
dans l'écoute il faut prendre un orateur, un commercial, un 
communicant capable de nous transcender. 

Pour choisir un partenaire, on écoute son intuition ou son cœur 
en faisant abstraction de sa culture et de ses préjugés. Il faut 
envisager comment on peut avancer avec cette personne. 
S'attendre au pire comme au meilleur permet de distinguer ses 
limites. Son partenaire le sait ou il faut le lui dire un peu. 


Mes notes 


Écrire sur un ami que vous comprenez peu afin de réaliser un 
projet avec lui... 





Utiliser son écoute 


Quelqu'un qui écoute s'élude afin de comprendre les autres. Il 
sait donc critiquer. Il peut servir de conseiller. 

Les orateurs cherchent les personnes dans l'écoute. Il leur 
arrive des problèmes quand ils perdent le pragmatisme de leurs 
conseillers. 

Trouver un orateur permet, avec lui, de mieux expliquer. En 
effet le pragmatisme est non seulement créé par l'oubli de soi, 
mais en plus déformé par la mauvaise écoute des autres. 

Il faut écrire pour être facilement compris par l'orateur. On 
regarde alors ses textes plus tard, après les avoir oubliés. On 
ne comprend alors pas certaines phrases. Il faut alors combler 
ces fautes de sens. 

Mes notes 


Écrire à ou sur quelqu'un afin de le comprendre... 




Améliorer ses textes 



Améliorer ses textes 


Si nous ne nous améliorons pas, nous sommes perdus, car nous 
vivons grâce à nos problèmes. Comment pourrions nous 
apprécier la vie sans avoir des soucis, permettant de se 
remettre en cause ? 

Nous cherchons tous à être aiguillé. Par défaut nous prenons ce 
qu'il y a de connu. Dommage car nous restons aigri avec le si 
peu de nouveautés. Pourtant l'urgence de tout faire tout de 
suite nous pousse à faire le strict minimum. Dommage car ceux 
qui cherchent améliorent aussi le monde. 

Pour ma part j'étais dans l'écoute. Découvrir ce qu'on faisait 
avec la communication me dégoûtait. Mais je me suis aperçu 
que ces deux mondes antagonistes se parlaient de moins en 
moins. À quoi bon réfléchir pour les autres s'ils ne nous 
comprennent pas ? 

Je savais pourtant que parler ne servait à rien, quand il n'y 
avait rien derrière. Je savais que, lorsqu'on parlait à tue-tête, 
on ne pouvait plus réfléchir. Seulement on connaît les autres en 
leur parlant. 

Il faut donc que ceux qui écoutent aillent vers ceux qui 
connaissent l'humain. Tant pis si cela crée de mauvaises 
aventures. Ensuite on saura les éviter. Il faut aussi que ceux qui 
comprennent l'humain se subjuguent à comprendre les petits 
savants. Ils les aideraient forcément. 

Au moment où chacun se rend malade, en fustigeant ou 
énervant son voisin, pour des raisons souvent stupides, il faut 
savoir que discuter avec courtoisie crée beaucoup moins de 
regrets. La courtoisie ce ne sont pas que des manières. C'est 
mettre en valeur l'inconnu. En tous les cas les problèmes se 




résoudraient plus facilement avec plus d'amis, qu'avec son 
propre monde aigri et amorphe. 


Alors nos hésitations deviennent du courage. Nos connaissances 
parlent de nous en bien. Nous sommes soutenus par nos 
voisins. Au final nous ne voyons le mal dans l'humain que pour 
éviter ce qui se comprend facilement. Notre temps sert par 
contre à comprendre d'autres atouts. 


Mes notes 


Écrire sur un problème résolu... 
Le faire lire... 



Communication et écoute 


L'écriture sert avant tout à s'épanouir. On s'épanouit quand on 
évolue très vite dans un domaine qu'on connaît peu. Les 
domaines que l'on connaît peu sont méconnus, par le constat 
que l'on s'est spécialisé. On peut avancer plus précisément 
quand on a l'esprit homogène, à la fois dans l'écoute et vers 
l'ouverture. 

Quand on regarde des enfants, on voit que certains écoutent 
beaucoup et que d'autres communiquent énormément. À force 
de grandir on peut rester têtu et ne pas changer de domaine de 
prédilection. On voit que les enfants qui écoutent parlent avec 
ceux qui écoutent, de même avec les enfants dans la 
communication. 

Pour écrire, il faut parler de quelque chose de sensé pour être 
intéressant. Ceux qui grandissent avec des personnes 
complètement différentes peuvent communiquer quelque chose 
de sensé au mieux. 

Mes notes 


Ecrire quelque chose qui parle sur quelqu'un que vous souhaitez 
comprendre... 



Faire les bons choix 


Quand on commence l'écriture loisir et créative, on écrit pour 
soi. Mais arrive un moment où l'on s'intéresse aux autres. À ce 
moment là on évolue vite car on comble des lacunes. Il ne faut 
alors qu'essayer de garder cette attitude. En effet, lorsqu'on 
s'intéresse aux autres, on aime mieux écrire, car on apprend en 
même temps. On trouve des compromis. 

Alors le lecteur nous trouve plus complet. Nous nous disons 
qu'il existe des erreurs mais nous pouvons les contourner, en 
travaillant notre style ou le fond du texte, tout en pensant au 
lecteur. 

Le lecteur ne distingue peut-être pas les imperfections que l'on 
voit. En effet l'émotion provoquée par un texte peut cacher des 
erreurs personnelles. Ou bien ce sont ses pensées qui sont 
erronées, sans avoir influencé le texte. 

Le lecteur distingue à la fois le contenu et la technique de 
l'écriture. On a donc une réelle appréciation de sa propre 
écriture. Alors on avance plus vite. 


Écrire sous contrainte devient nuisible si cela n'évolue pas. Pour 
éviter cela, on écrit avec ses envies, qui créent la fraîcheur du 
texte. Il ne faut pas malmener cette fraîcheur en retravaillant 
trop le texte. Les imperfections ce sont les fautes de sens ou 
d'orthographe, pas la façon d'écrire, plus difficile à modifier. 

Une faute de sens est une phrase que l'on ne comprend plus ou 
mal, quand on se relit plus tard. On améliore son vocabulaire 
grâce à un dictionnaire de noms communs ou des synonymes. 


Mes notes 



Écrire sur son avenir... 

Lire en cherchant les choix à effectuer ou à éviter afin d'arriver 
à cet avenir... 



Relire son texte 


Lorsqu'on relit son texte on peut y ajouter des idées. On y 
ajoute du sens. 

Puis ensuite on trouve des fautes de style, de sens. On corrige 
son texte. 

Plus tard ou tout de suite, on peut trouver des fautes 
d'orthographe. Le texte devient abouti. 

Quand on se relit, on peut trouver des fautes de sens. Ce sont 
des phrases que l'on ne comprend pas parce que tout n'a pas 
été écrit. Il faut donc supprimer cela, si on ne sait pas comment 
améliorer le sens ou ajouter d'autres détails. On peut aussi 
ajouter du sens, en retravaillant le style. Le mieux est d'ajouter 
du sens, en gardant le rythme du texte original. 

Le style se travaille avec son intuition. Notre cœur nous dit si 
nous aimons ou si nous refoulons. En évoluant notre cœur nous 
aide correctement. Quelqu'un d'autre a forcément les mêmes 
sensations que soi. Il faut savoir les divulguer d'abord vers soi, 
puis aux autres. 

Les fautes d'orthographe ou de grammaire viennent d'une 
émotivité orale. On ressent les choses oralement, ce qui pousse 
à penser au présent ou au passé par exemple, voire à mettre 
des mots grossiers. Il faut savoir que le but est d'expliquer 
facilement ce qu'on sait aux autres. Il faut donc laisser les mots 
courants 6 décrivant bien les situations ou personnages. 

Les mots "chose" ou "être" sont donc à bannir lorsqu'on écrit. Il 
faut dire "élément" ou "exister" par exemple, en fonction du 

contexte. 

Rares sont les romans narrés grossièrement, excepté lorsqu'il y 


a un style avec du rythme et de la personnalité. Une fois le 
style retravaillé, il faut revoir sa conjugaison et sa grammaire 
avant de se relire. 


Mes notes 

Corriger un texte selon ce chapitre... 



Retravailler le style 


Quand on commence à écrire il y a des imperfections sur le 
style et le sens. Des rythmes manquent ou sont trop accentués, 
trop imparfaits. Des phrases très courtes suivent des phrases 
hachées et longues. Une phrase longue peut alors devenir 
plusieurs phrases courtes. 

Les erreurs de style ce sont ce qui empêche au lecteur de 
comprendre. Se relire et se mettre à la place du lecteur permet 
de trouver si ce qu'on écrit lui dit tout. On peut ajouter des 
phrases, en relisant avant le texte. On ajoute alors un rythme à 
ce qu'on a écrit. 

Mais souvent les fautes de style ce sont des répétitions comme 
pas assez de participes, des verbes qui peuvent être remplacés 
par des noms communs, des explications trop longues, des 
mots qui ont le même sens dans la même phrase. 

Il faut donc simplifier ce qui est mal écrit tout en ajoutant du 
sens. Ensuite il faut regarder le rythme des phrases pour ne pas 
y toucher. Regarder ce rythme et en ajouter un permet de 
trouver de la saveur. 

Mes notes 


Lire un texte avec quelqu'un et le corriger... 



Corriger un peu plus tard 


Les fautes de styles sont très proches des fautes de sens. Une faute de 
style est due à un manque de technique. C'est une erreur sur la façon 
d'écrire. Une faute de style se répare en se préparant et en vérifiant ce 
que l'on dit. 

Une faute de sens se crée à cause d'un manque de contenu. On a oublié 
d'écrire certains détails. Plus on se comprend, moins ce genre de faute 
revient. 

Le lecteur, lorsqu'il lit, se pose des questions. Il ne trouve peut-être pas 
immédiatement réponse à ses questions. Les fautes de style et de sens 
se voient après avoir écrit sur ce qu'on ne connaissait pas, ou après 
avoir écrit trop vite. C'est tout à fait normal. Seulement le lecteur veut tout 
savoir. Il existe quatre solutions pour écrire sur ce qu'on ne connaît pas : 

• Corriger le sens en cherchant plus d'explications et d'objectivité, puis 
retravailler. 

• S'inventer un style inventif, qui va répondre aux questions que le 
lecteur se pose. Autrement dit ne pas hésiter à parler dans le vague, 
en exprimant son point de vue. Un point de vue étayé est très 
important. Ça n'est pas grave de donner un point de vue 
approximatif, car l'humain n'a pas réponse à tout. 

• Le lecteur peut améliorer le style de l'auteur, car il sait que certaines 
choses ne plaisent pas. En effet il est difficile de savoir ce qui ne 
plaît pas chez soi, sans le confronter. On accepte le lecteur avec le 
temps. 

• Ne pas écrire sur un point qui serait un détail si on ne le connaît pas 
assez. On peut cependant imaginer d'expliquer sur de l'illusoire. 
Seulement le lecteur doit s'en rendre compte. Sinon on ajoute une 
allusion dans le sujet. Il ne faut pas prendre le risque de perdre le 
sens de ce qu'on écrit. 



Mes notes 

Corriger un vieux texte peu relu... 




Aller dans la bonne direction 


Nous aimons lire un sujet qui intéresse. Notre envie d'évoluer 
peut nous empêcher d'aimer des textes intéressants, s'ils ne 
concernent pas notre domaine. Il est donc possible d'aimer un 
livre que nous avions refoulé avant. 

On apprend plus vite lorsqu'on écrit, car on retient mieux son 
écriture. Ainsi écrire, après avoir lu, est primordial. 

Se lire soi est intéressant, parce qu'on apprend sur soi. En effet 
on ne suit jamais assez ses intuitions. On lit donc ses propres 
textes pour évoluer et tracer de nouveaux chemins. 


Écrire pour l'avenir, c'est écrire quelque chose d'utile. Il faut 
donc avoir des projets en tête, pour se fixer un avenir. Ses 
projets doivent être écrits. 

Savoir ce que l'on connaît permet d'apprendre sur soi. Les 
domaines que l'on connaît se situent-ils sur les limites les plus 
actuelles de l'humain ? Le lecteur veut avancer donc il faut le 
renseigner sur son quotidien et son évolution. Pourquoi change- 
t-il ? Les raisons du changement sont dans notre 
environnement. Les raisons communes de nos changements 
sont dans les médias les plus lus ou écoutés. 

Certains livres peuvent aider. Les limites de l'humain les plus 
importantes, en ce début de siècle, sont la politique et 
l'environnement. Ces deux domaines sont liés. Tout le monde 
veut comprendre la politique en temps de crise. Seulement des 
pouvoirs ou lobbies s'exercent pour nous écarter de la réalité. 

Les limites inexplorées sont aussi dans la science, les nouvelles 
technologies, la santé, le participatif, les œuvres libres. Ces 
limites ont en relation soit le progrès, soit le social. 




Vous vous dites qu'il y a certains domaines que vous connaissez 
mieux que d'autres. Attention ! Il faut savoir que, bien que 
certains domaines soient importants, les médias tentent de 
nous empêcher de les connaître. On peut comprendre cela pour 
la politique, le participatif, le social, les œuvres libres. Les 
raisons sont diverses, mais cela peut évoluer. Quelqu'un qui 
s'intéresserait à ces domaines serait vu positivement, s'il ne 
faisait qu'en parler, en tant que simple néophyte. 

Aussi nous sommes tous personnellement à la pointe dans 
notre domaine. Ne pouvons-nous pas aller d'un domaine vers 
un autre ? La réflexion et le questionnement avec les autres, 
sur nos limites, nous apportent cette réponse. 


Mes notes 


Ecrire un texte sur une limite inexplorée de l'humain... 



Être journaliste 



Être journaliste 


Nous devrions tous être journalistes. Qui peut être plus informé 
qu'un journaliste ? Pensez-vous qu'ils disent tout ? 


Mes notes 


Écrire sur ce qu'on pense du journalisme. Tenter d'en parler 
avec un journaliste. 




Interviewer 


Pour poser des questions il faut avoir en tête ces 5 questions : 
Qui ? Quoi ? Comment ? Où ? Pourquoi ? 

Si votre article ne contient pas ces éléments, dans chaque 
paragraphe, il ne devient pas intéressant. Ce questionnement 
ne sert pas qu'au journaliste. Il permet de construire des 
textes objectifs. 

L'article doit être compréhensible par un plus grand nombre. 
Ainsi il est intéressant de notifier un nombre de lignes. 

S'intéresser à celui qu'on écoute permet de le mettre en valeur. 
Trouver ce qui relie l'interviewé avec soi permet de poser des 
questions. Ensuite, la découverte d'une nouvelle relation peut 
nous en faire découvrir d'autres. 

Si celui qu'on écoute est dans la production, son métier et son 
savoir ont toujours une approche différente. On aime parler de 
ce qu'on sait faire. Le lecteur aime apprendre. 

Si celui qu'on écoute est responsable, il sait qu'il a quelque 
chose à apporter. S'intéresser à lui permet de voir ce qu'il veut 
transmettre. A-t-il pris des décisions importantes pour nous ? 

Il existe différentes façons de trouver une relation avec celui 
qu'on interpelle : 

• L'événement sur lequel on travaille. 

• La découverte de quelqu'un, d'un objet. 

• Le domaine de l'interviewé. 

• L'âge identique ou pas et les activités. 

• Le passé si l'interviewé est nostalgique. 



• Le charme car on doit charmer les lecteurs. 

• La politique car le journaliste en fait. 

Apprendre à écrire vite, simplement et bien permet de répondre 
à l'actualité. Cela s'acquiert en évoluant. L'écriture devient une 
technique servant aux autres. 

Mes notes 

Écrire une interview après avoir posé des questions à 
quelqu'un. Interviewer avec un petit cahier et un crayon... 




Être attractif 


Des rubriques codifiées permettent au lecteur de s'y retrouver. 
Être clair et précis permet de simplifier ou d'étayer. La simplicité 
et l'accroche influencent le lecteur pour qu'il s'attarde sur 
l'article. 

Le titre doit être explicite, les premières lignes fidélisantes, le 
contenu objectif. L'objectivité donne du sens. 

Pour être attractif dans un prospectus, il faut les relations les 
plus immédiates possibles entre les photos, puis les titres, puis 
le début des articles. 

La suite de chaque article utilise sa façon de présenter 
l'information et sa simplicité, qui permet de garder le lecteur 
jusqu'à la fin. On a tous un talent, pour présenter les idées des 
autres. Le connaître permet de devenir journaliste. 

La présentation du journal permet d'attirer le chaland. Le 
lecteur est attiré par la créativité ou des compromis. Par 
exemple les photos de petites tailles montrent des détails. Les 
grandes photos peuvent tout montrer. Les articles déterminent 
quelles photos sont adéquates. 

Mes notes 

Télécharger gratuitement SCRIBUS pour votre ordinateur et 
visionner sur FRAMABOOK.ORG ou DAILYMOTION une aide sur 
SCRIBUS. 

Refaites l'exercice FRAMABOOK à votre façon. 



Imprimer son journal 


Pour écrire un journal il suffit d'avoir un ordinateur et une 
imprimante laser. Les lasers sont beaucoup plus économiques. 
SCRIBUS est un logiciel de Publication Assistée par Ordinateur 
entièrement gratuit. Il permet de créer des petits prospectus. 

Le logiciel LIBRE OFFICE et le projet OPEN CLIPART permettent 
d'écrire un livre. LIBRE OFFICE peut servir à écrire une 
biographie ou un livret. 


Mes notes 

Aider une association ou un groupe , avec un 
prospectus ou livre mis en place selon ce qu'ils 
souhaitent... 





Écrire une biographie 


Écrire une biographie demande de la recherche et nécessite le 
respect des personnes, pour lesquelles les recherches se 
dirigent. Il faut se méfier de soi ou des autres, car la mémoire 
ou la perception peuvent être défaillantes. Ainsi chercher les 
preuves et le sens sont primordiaux. 

Si on souhaite réaliser une biographie entièrement réelle, il faut 
effectuer : 

• Des recherches généalogiques. 

• Des recherches de documents anciens. 

• Des photos d'objets retrouvés. 

Le journalisme est la clé du travail. Il faut sans conteste 
s'assurer que les sources choisies sont correctes. 

La généalogie est très souvent correctement écrite, mais 
manque d'informations du quotidien. Elle permet de créer un 
réseau d'amis autour de la biographie à créer. En France les 
départements fournissent des informations généalogiques à 
partir de 100 ans en arrière. Les cimetières et les personnes 
âgées permettent de commencer l'arbre généalogique. Les 
archives en ligne sont gratuites et diffusées à partir de 150 ans 
d'âge. Des sites web annexes existent. Sinon les archives 
départementales sont disponibles à partir de 100 ans d'âge. 

Les cartes postales, écrites au dos, nécessitent d'étudier 
l'auteur et de faire au pire un simple travail de journaliste, au 
mieux de la psychologie, du détail ou de la psychanalyse. On 
cherche les correspondances avec les personnes vivantes. Si le 
destin est identique l'interview devient nécessaire. 


Les documents audio, les vidéos ou photos nécessitent une 



numérisation, afin de garder des traces visibles ou audibles du 
passé. Ces documents permettent d'enrichir la biographie, en 
créant éventuellement le site web de la biographie. 

Il faut disposer des droits de diffusion et vérifier les restrictions 
demandées par les auteurs, voire par les personnes visionnées. 
Si les acteurs sont dans un lieu public, on peut ne pas 
demander l'autorisation. Cependant l'accord pour les interviews 
nécessite de retranscrire les dires selon l'homogénéité des 
propos tenus. Il faut garder l'objectivité tout en laissant la 
trame et le sens. 

Numériser avec la meilleure qualité possible les originaux 
permet que leurs copies respectent au mieux le document. Les 
vieux documents possèdent généralement un meilleur support 
que ceux dont on dispose actuellement. On peut utiliser la 
reconnaissance de caractères pour terminer la numérisation des 
textes. 

Contacter la famille proche permet de récupérer aussi des 
objets, pour les prendre en photo. Ainsi le lecteur s'identifie et 
imagine les personnes de la biographie. 

Au final on dispose d'un livre et d'un centre de ressources, qui 
peut servir à présenter le livre. On a enrichi sa vie avec celle 
d'un autre ou avec sa propre vie. 

Si il n'y a pas assez d'écrits, il est possible de créer un roman 
biographique, afin de mettre en scène des personnes qu'on 
imagine, sans avoir la preuve qu'ils sont bien comme cela. 

Le roman biographique est plus accessible pour les autres, car 
on adapte les personnages à ce que l'on souhaite. On crée les 
personnages ou bouts de personnages manquants. 


Mes notes 



Ecrire sur ses ancêtres. 



Les Forums 


Les forums sont la participation de chaque citoyen dans un 
groupe. Il vous reste donc à définir ce groupe, pour participer à 
votre projet à construire. 

L'information permet d'écrire. Nous sommes tous dépendants 
de certaines sources. C'est pourquoi accepter de changer de 
sources et débattre permet d'échanger ses propres 
informations, pour vérifier si on est sur la bonne voie. 

Personne n'ose dire réellement pourquoi il fait certains choix. Il 
faut savoir demander en fonction de l'interlocuteur. S'intéresser 
à lui permet de demander. 

Des associations ou partis veulent nous faire réfléchir pour 
construire l'avenir. Parler et construire avec les autres permet 
de mettre plus facilement en place ce que l'on souhaite faire. 

On va dans des cafés citoyens, des conférences participatives, 
des rencontres multimédia, des groupes d'utilisateurs. On va 
donc dans des forums où le débat est constant. Participer dès le 
début permet d'avancer au mieux. 

On se crée un réseau ou on participe à un groupe de réflexion. 
On peut alors monter sa structure et définir ses objectifs. Un 
réseau permet de créer une structure. 

L'homme n'est rien sans les autres. Le mieux est donc de faire 
confiance à ceux qui aident. On oublie quelquefois cela. Il faut 
donc réfléchir sur celui qui a donné l'information la plus 
importante. Elle n'est pas forcément celle que l'on croit. 



Mes notes 


Participer à un forum sur son domaine de prédilection... 






Son site web 


On vous indique souvent de créer votre blog. Le mieux est de 
créer votre site web. L'avantage de cette solution est d'être 
indépendant de tout hébergeur. 

On fait, grâce aux sauvegardes du site web, sa liberté et son 
autonomie. Des documents existent pour sauvegarder sur le 
web ses données et fichiers web. 

Des hébergeurs gratuits installent des squelettes de sites web 
libres comme Joomla ou Wordpress, ceci sans publicité. 
Wordpress est simple à manipuler et évolue rapidement. 

Il faut donc savoir ce que l'on veut. Le mieux est de taper votre 
logiciel ou site web suivi de "libre" ou "open source". 

Faire connaître son site web peut être gratuit par le 
référencement gratuit. 

Mes notes 

Chercher sur Internet "Free Wordpress", ou "Free Joomla", ou 
"hébergement gratuit sans-publicité"... 



Pour aller plus loin 


On peut tester son journalisme chez Agora Vox. Agora Vox 
signifie en grec la voix des forums. 

Il n'y a pas besoin d'avoir un beau style pour être journaliste. 
Vérifier ses informations et être précis permet de se faire 
respecter. L'écriture d'un article doit avant tout être comprise. 

Agora Vox est un site de journalistes amateurs contrairement à 
Rue 89, qui est réservé aux journalistes possédant leur carte. 
Rue 89 est médiatisé. 

Sur les sites participatifs le journaliste est critiqué. Ses 
polémiques sont démaquillées. Cela permet donc de savoir ce 
que vaut un article. On évolue très rapidement en écrivant sur 
ces sites. 

On a encore confiance aux médias, avec une ligne éditoriale. 
Une ligne éditoriale est une censure. Le lecteur doit connaître 
cette ligne éditoriale, afin ne pas se tromper de voie. 

Cependant les forums du web se mettent en place petit à petit. 
Le forum est un échange avec un modérateur. Pour être compris 
maintenant il faut être dans l'écoute et savoir répondre. La 
censure a posteriori censure après parution. Les forums avec 
une censure a posteriori sont les plus libres. Cette censure est 
possible et idéale sur Internet, car elle censure peu en général. 

On voit des articles plus ou moins intéressants sur Agora Vox. 
Les plus intéressants sont non liés aux médias traditionnels. 

Dans ces articles, dès qu'il y a critique d'un système sans 
proposition, les internautes critiquent à leur tour nerveusement. 
On prend parti donc les positions se ferment. Le public est 
proche du 50 % de satisfaits. 



Quand il y a proposition et critique, les internautes s'attachent 
aux dysfonctionnements de la critique. La critique se construit 
en fonction du passé de l'auteur ou de l'article. Donc on 
demande les compétences ou les sources. S'il existe une 
mauvaise introduction ou une introduction prenant parti, 
peuvent adhérer 50 % de lecteurs. 

Une introduction neutre avec des propositions prenant un parti 
pris positif, c'est du 60 % de satisfaits voire plus. Quand il n'y a 
que des propositions l'internaute est convaincu, car il ne peut 
pas contredire les polémiques inexistantes. On fidélise en 
informant le lecteur. Donner des informations permet de le 
nourrir. Les lecteurs les plus intéressants ajoutent ou marquent 
leur position. On ajoute alors des informations à son article. 
Éviter de prendre position permet d'enlever la contradiction. 

Il y a toujours 30 % d'insatisfaits. Sinon on ne donne que des 
informations exclusives. Ce sont les scoops. Les scoops du net 
sont des informations, pas que des vidéos contrairement à ce 
que montre la télévision. 

On retient la majorité de ce qu'on lit. Écrire permet de retenir 
presque tout ce qu'on a compris. Son avis est alors mieux 
retenu, que les lectures des autres. 

Inconsciemment l'internaute qui n'écrit pas d'article veut poser 
des questions sans forcément chercher ailleurs. Il préfère 
écrire, puis revenir, plutôt que de se renseigner ailleurs afin de 
contribuer. 

Le travail des salariés est en général répétitif. Cela empêche la 
réflexion. La sur-médiatisation des polémiques et le désir 
d'ascension sociale vont alors fausser le discours des 
internautes. 

Le journalisme qui consiste à vérifier ses sources fonctionne 
avec l'Internet. L'adresse web commençant par http est 
l'adresse de la ressource diffusée. Il faut s'assurer que cette 
adresse est fiable à chaque fois qu'on en découvre une. Pour 
vérifier la cohérence du site web on vérifie les critiques sur les 



forums libres que l'on connaît. Il faut connaître l'avis de chaque 
camp : Droite, gauche, anarchiste, etc. On agrandit alors son 
réseau de sites web amis. 

Si on n'est pas journaliste, alors on ne veut chercher que les 
polémiques pour donner son avis négatif. On veut alors que ce 
soient les autres qui réfléchissent. On voit beaucoup d'articles 
refusés chez Agora Vox, dans lesquels les auteurs ne 
construisent pas. 

Un article doit être relu, afin de déceler ces problèmes de 
construction. Les articles refusés sont cependant repris par des 
internautes journalistes lecteurs, lisant leurs articles refusés. 


Mes notes 


Ecrire son avis sur un site participatif > dans lequel les avis sont 
visibles dès qu'ils sont envoyés... 



Publier 



Publier 


Pour être publié, il n'y a pas que les maisons d'éditeurs. Aussi 
lorsqu'on édite avec elles, il y a le risque que les exemplaires de 
son livre soient détruits si on ne vend pas assez vite. 

Il est préférable de se faire connaître avant avec des textes que 
l'on aménage, pour créer un recueil ou un livre. Un recueil est 
un regroupement de textes, tandis qu'un livre possède une 
cohésion organisée en chapitres. 

Disposer d'une licence CREATIVE COMMON explique au lecteur 
qu'il peut distribuer le livre. La licence CREATIVE COMMON 
seule est une licence entièrement libre, sans aucune restriction. 
Quand on y ajoute by, il faut référencer l'auteur. 

La licence CREATIVE COMMON by SA permet le partage des 
conditions initiales à l'identique. L'œuvre peut être modifiée en 
respectant les conditions de diffusion initiales. 

La licence CREATIVE COMMON by NC n'autorise aucune 

utilisation commerciale exceptée celle de l'auteur. 

La licence CREATIVE COMMON by ND n'autorise aucune 

modification de l'œuvre sans l'accord de l'auteur. 

On peut cumuler certaines de ces licences libres. 




Les WIKIS 


Si on souhaite écrire par plaisir, il existe les WIKIS. On peut 
écrire de simples textes sur WIKIPEDIA, WIKIO, WIKTIONARY 
ou tout autre WIKI, en fonction de la charte du WIKI. 

La licence, généralement diffusée sur ce genre de sites web, est 
la CREATIVE COMMON By SA. On devient auteur si on écrit avec 
son compte WIKI. 

WIKIBOOKS permet de diffuser un livre, en exportant son livre 
en WIKIMEDIA sur LIBRE OFFICE. Son compte WIKI permet 
alors de devenir auteur libre. 

Mes notes 


Avec une recherche que vous avez faite , améliorer le WIKI 
correspondant en vérifiant les droits , si on n'est pas l'auteur du 
texte à ajouter... 



Demander des numéros ISBN 


Quand on possède une série de documents électroniques 
conséquente, il faut, dès lors, demander des numéros ISBN à 
l'AFNIL ( www.afnil.org ). Si on a peu de textes, le mieux est de 
se réunir en coopérative ou association d'édition, avec d'autres 
auteurs. On peut ainsi diffuser ses œuvres. 

On imprime son livre en créant à partir du numéro ISBN un 
numéro EAN et son code barre. Les logiciels qui les créent sont 
gratuits. On met aussi son numéro d'éditeur sur le livre 
électronique. 

Il faut respecter la présentation du livre, selon ceux qu'on a 
déjà lus. Le résumé du livre est sur le dos de la couverture. 
Pour chaque livre, il y a les notes de l'auteur, une biographie, 
voire un épilogue pour les romans. Pour les livres analytiques, il 
y a un sommaire au début, une table des matières et les 
sources utilisées à la fin. 

Mes notes 


Au bout d'un certain nombre de textes écrits, vérifier s'il est 
possible ou pas d'en diffuser certains... 



Imprimer une reliure 


Quand son document électronique semble prêt on peut 
imprimer à moindre coût son œuvre sur une imprimante laser. 
Si on décide de relier son œuvre, cela permet d'imprimer 
facilement au format A4 ou A5. On achète une relieuse avec ses 
consommables. 

Si on souhaite imprimer en format A5 ou A4 une relieuse à 
spirales et des reliures solides en acier permettent de créer un 
livre correctement. On peut imprimer deux pages identiques par 
feuille pour créer du A6 sur une page A5. 


Mes notes 


Vérifiez comment il est possible d'imprimer économiquement... 



Regardez combien de personnes possèdent des e-books ou 
livres électroniques. 



Imprimer un livre 


Pour créer un véritable livre relié, imprimez en brochures pour 
thermorelier. On obtient alors des livrets de 40 pages, qui ont le 
format du papier imprimé, divisé par deux. Si vous imprimez 
votre brochure sur du A4, le format de votre livret est du A5. 

On plie les brochures correctement. On perce deux trous 
symétriques dans la pliure, puis on les relie, avec un fil 
suffisamment solide. On noue avec un nœud de chaise, ou 3 
nœuds simples bien serrés. 

Une relieuse à spirale nécessite quant à elle moins de travail, en 
coûtant un peu plus sur les consommables. Le livre est en 
général mieux fait avec. On peut facilement tourner les pages. 
On n'imprime pas en mode brochure, mais juste en recto-verso 
pour créer le livre. 

Une thermorelieuse ou bien une relieuse à spirales s'utilisent 
avec un ensemble de thermoreliures ou de spirales. 

Pour thermorelier il est nécessaire de se procurer un massicot. 
Il permet de couper les brochures. Puis ces dernières sont 
mises dans la thermoreliure. On colle grâce à la thermorelieuse. 
Sinon une spirale passe par les trous créés par la relieuse. 

Votre livre est prêt. Il reste à le diffuser. 



Créer un livre électronique 


Il existe deux formats de livres électroniques : 

• Le format PDF, format largement diffusé pour l'impression, 
mais inapproprié pour les livres électroniques, les 
smartphones 

• Le format EPUB, format libre de livre électronique prévu 
pour la lecture électronique 

Pour créer un fichier PDF, il suffit d'exporter votre création en 
PDF. N'utilisez pas l'impression pour créer votre PDF, mais 
exportez les polices de caractères. En effet l'impression crée 
votre livre en images. 

Des outils libres existent pour créer un fichier EPUB. 

CALIBRE ou SIGIL permettent de convertir un fichier OPEN ou 
LIBRE OFFICE en EPUB, en gardant les informations écrites. Il 
faut convertir avant de sauvegarder en EPUB. 

Il existe aussi des plugins pour OPEN OFFICE et LIBRE OFFICE, 
notamment writer2epub. writer2epub exporte bien les tableaux, 
s'il arrive à les exporter. 



Faire un dépôt légal 


Vous pouvez protéger votre création courte, en vous envoyant 
un recommandé avec avis de réception. Leur enregistrement 
est gardé 10 ans. Le recommandé électronique protège mieux 
votre document, grâce à la signature électronique, en gardant 
le document électronique envoyé. Sinon il faut prouver que le 
recommandé n'a pas été ouvert. Signez sur les fermetures. 

Avant de publier votre livre, vous devez déposer vos droits 
d'auteur, tout en demandant une autorisation de publication. 
C'est le dépôt légal. L'année et le lieu du dépôt légal est 
imprimée sur chaque livre diffusé. Le dépôt légal protège 
l'auteur selon la date d'enregistrement du livre. 

Il faut envoyer son livre, s'il est généraliste, à PARIS. 
Cependant ils peuvent ne pas accepter l'auto-édition. On peut 
au moins faire le dépôt légal dans sa région, si l'impression est 
régionale. Vous devenez alors un auteur régional. Le livre est 
accompagné de l'imprimé du dépôt légal à remplir. Cet imprimé 
correspond à celui de la ville capitale de sa région en trois 
exemplaires. 

Mes notes 

Allez vous informer sur le dépôt légal à www. bnf, fr . 

Avec vos numéros ISBN faites un dépôt légal afin de diffuser 
votre œuvre en e-book ou impression... 







Diffuser son livre 


Pour diffuser son livre, il faut posséder un réseau d'amis, ou 
bien référencer son site web. Il est aussi possible de s'auto- 
éditer, puis de se référencer dans certains réseaux, comme 
DILICOM, voire ELECTRE, grâce à un numéro SIRET et certains 
codes NAF. Se référencer chez DILICOM et ELECTRE nécessite 
une distribution papier, laissant 30 % de marge aux libraires, 
les frais de port en moins. L'auto-édition et le compte d'auteur 
nécessitent d'aller contacter chaque plate-forme de librairies. Le 
compte d'auteur est plus cher et moins intéressant que l'auto¬ 
édition. 

Il est possible de vendre son livre sur certains sites web, 
comme IN LIBRO VERITAS, THE BOOK EDITION, LULU, BoD, 
PRICEMINISTER, DAWSON, EPAGINE, des sites web d'annonces. 
Il faut faire sa publicité en utilisant ses relations. Certaines 
personnes, ou de petits éditeurs, acceptent de référencer dans 
des réseaux de libraires. 


Mes notes 

Se créer un réseau de relations afin de faire lire ses textes et de 
lire les textes des autres... 



Synthèse 


Le chapitre de synthèse est sous licence Creative Common by 
SA. 




Histoire 


L'écriture est née pendant la préhistoire. Au départ ce n'était 
qu'un moyen de calcul. C'est l'oisiveté qui a permis de créer les 
mots. Nous avons alors évolué vers de nouvelles sociétés. 



Poésie et éveil 


Avec : 

• La musique on apprend à vivre en société. 

• L'architecture on apprend à construire une société. 

• La poésie on renforce son ego en construisant pour se 
comprendre, afin de comprendre les autres. 

Il suffit pour cela d'utiliser sa volonté d'apprendre, de 
construire, ou d'évoluer pour rechercher sa vérité. 

On se dit que : 

• Les érudits sont incompréhensibles. 

• On comprend ceux qui sont comme nous. 

• On ne retient pas tout. 

Comment savoir ce qu'il faut faire ? 

En essayant de se comprendre par la poésie. 

La poésie permet alors de comprendre les autres. 

L'autodidacte : 

• Sait évoluer par lui-même en écrivant. 

• Se dit «si...» afin d'arriver à un objectif qu'il veut. 

• Peut devenir écrivain ou apprendre aux autres. 

Savez-vous comment il fait ? 

Il recherche avec le passé à construire l'avenir, par la passion, 
qui est la volonté d'atteindre les objectifs du court et du long 
terme. 

L'écrivain : 

• A un ego surdimensionné. 



• A évolué en écrivant, sans doute par la poésie. 

• Se pose des questions sur lui sans avoir peur. 


Pourquoi n'a-t-il pas peur ? 

Parce qu'il sait que se comprendre soi est essentiel. 
La poésie permet : 

• De se convaincre et de convaincre. 

• De se comprendre et d'apprendre aux autres. 

• De se faire face sans avoir peur de soi. 


Il suffit d'écrire en rimes sur nos pensées du moment. 

Puis, l'envie d'évoluer et l'écriture nous changent petit à petit. 

La poésie c'est : 

• Des rimes et métaphores qui nous orientent. 

• Un texte beau à entendre et à comprendre. 

• Avec peu de hiatus, avec donc peu de confrontations de 
voyelles. 

• Pouvant se chanter en ballade ou avec des notes. 

On part de notes connues, puis notre poésie invente des notes, 
pour créer des chansons. 



Pourquoi écrire ? 


Sans la créativité : 

• Nous ne voulons pas avancer, 

• Alors nous voulons détruire, 

• Puis nous voulons tout nous accaparer, 

• Nous nous renfrognons dans un monde irréel, 

• Et nous perdons notre écoute. 

Écrire c'est : 

• Construire avec sa créativité. 

• Faire des projets. 

• Se comparer. 

• S'améliorer. 

• Se comprendre. 

• Analyser. 

Écrire c'est : 

• Retenir plus qu'en lisant ou entendant. 

• Retenir pour construire. 

• Devenir autonome. 

• S'intéresser à l'essentiel. 

• Être intéressant pour soi et les autres. 

• Renforcer son ego. 

On écrit quand : 

• On a rien à faire. 

• On réfléchit. 



• On veut garder une trace de quelque chose. 

• On veut communiquer avec quelqu'un. 

Alors on prend une feuille est on se dit si... 

La passion c'est quoi ? 

Parfois une envie : 

• Nous éveille et nous turlupine, 

• Nous avons alors envie d'atteindre des objectifs, 

• Ces objectifs que nous nous fixons viennent de soi, 

• Notre esprit se fixe vers ces objectifs, 

• Le travail nécessaire devient alors futile. 

Un style c'est : 

• Une façon de réfléchir. 

• Frais au tout début. 

• Technique si on évolue. 

• Toujours imparfait au départ. 

• Imparfait pour soi. 

On est lu : 

• Pour pouvoir évoluer. 

• Pour se faire peur. 

• Pour critiquer le fond ou bien la forme. 

• Par ses proches, des auteurs, des lecteurs. 

• En sachant ce que le lecteur souhaite. 

En évoluant 

• On améliore son style. 



• On a peur au départ puis on se renforce. 

• Ou bien on trouve des partenaires pour le fond 

• On trouve de nouveaux repères. 

• On change son avis et on le renforce. 

• On perd de vieux repères nuisibles. 

On commence à écrire 

• Quand on a envie de retenir quelque chose. 

• Quand on ne fait rien et que l'on pense. 

• Quand on veut mettre en place un projet. 

Alors on écrit sur une feuille blanche en se disant " 

Écrire c'est 

• Chercher la vérité, 

• Car nous cherchons tous une vérité. 

• Qui est la source de notre bonheur, 

• Car notre esprit est satisfait de nos recherches 

• On est alors prêt à évoluer (en se détendant). 

On écrit d'abord pour soi, plus tard pour les autres 
Écrire d'abord pour soi permet de : 

• Mettre en place un projet. 

• Comparer avec ce qui se fait. 

• D'avoir un avis. 

• D'évoluer. 

Un projet c'est : 

• Un point de départ vers une destination. 

• Fait avec les autres pour soi puis les autres. 



• Une conclusion de soi et des autres. 


La conclusion permet de créer de nouvelles envies 

Plus on grandit plus on comble des raccourcis. Mais certaines 
peurs nous empêchent d'évoluer. 

• Écrire une peur permet de la confronter à la réalité. 

• Écrire permet de se rapprocher de la réalité. 

• Écrire permet de combler des raccourcis. 

On retient alors mieux ce que l'on fait. 

Pour écrire : 

• Il faut ne rien faire et penser. 

• Puis notre esprit réagit à ce qu'on a écouté. 

• On ne sait pas trop quoi penser. 

• Mais en se disant "si" on écrit sur une feuille. 

• On garde alors des traces et on se connaît mieux. 

• On diffuse sa réflexion. 

Pour se différencier 

• Si le monde est dans l'action réfléchir. 

• Trouver mieux c'est trouver plus abouti. 

• Débattre de son avis permet d'évoluer. 

• Écouter son cœur ouvre des portes si on se connaît. 

• Se comprendre soi avec les autres permet de connaître la société. 

La courtoisie : 

• C'est mettre en valeur l'inconnu, 

• Pour mieux s'enrichir, 

• Afin d'évoluer avec les autres, 



• Puis pour les autres. 

Comment écrire bien ? 

Écrire bien c'est : 

• S'adresser aux autres en se construisant, 

• Et en se confrontant aux limites de l'humain. 

• Alors, en se confrontant à l'inconnu, 

• On réagit mieux à l'inattendu, 

• Et on se connaît mieux. 



Pour aller loin 


On diffuse : 

• Avec les forums et le web. 

• Avec ses propres ateliers et une présentation. 

• Avec une contrainte qui plaît. 

• Sur papier ou oralement. 

Il faut avoir évolué après avoir diffusé. 

Le perfectionnisme permet d'évoluer. 

Nous sommes toujours bons dans notre domaine. Mais 

• On évolue plus vite avec des personnes différentes. 

• Un partenaire antagoniste nous parle réalité. 

• Nos limites sont aussi nos discussions avec eux. 

• Devenir autonome se fait toujours avec les autres. 

On confronte alors ses peurs et on évolue. 

Un génie : 

• Réfléchit sur une ou des limites de l'humain. 

• Est constamment sur cette limite. 

• A une réflexion aboutie en écrivant. 

• Commence sur le plus facile et va vers les détails. 

• Écrit et diffuse ce qu'il a écrit. 

Les limites de l'humain à explorer sont dans : 

• La politique et l'environnement. 

• Le social. 

• La science. 



• Les nouveaux supports de diffusion. 

Certaines sont refoulées ou incomprises. 

Une philosophie permet de les comprendre. 

On se différencie : 

• En étant dans la réflexion au lieu de l'action. 

• En allant vers la communication si on écoute. 

• En allant vers l'écoute si on est communicatif. 

• En évoluant sur les limites de l'humain. 

Nous sommes tous faits de la même manière. 
Cependant nous sommes tous différents. 

Si nous savons communiquer à notre manière : 

• Nous sommes écoutés, reconnus 

• Nous évoluons avec les autres, pas comme eux 

• On ne nous oublie pas selon une communication 



Chercher la vérité 


Pourquoi chercher la vérité ? 

• Notre esprit a besoin de sa vérité. 

• Les émotions ne permettent pas de faire des choix 
cohérents. 

• Celui qui est rationnel et soutenu est heureux. 

• Connaître notre avenir permet d'anticiper. 

• Si nous ne trouvons pas réponse à nos questions nous 
sommes malheureux et affaiblis. 

Chercher la vérité c'est 

• Adapter notre esprit à son environnement. 

• Pour mieux comprendre cet environnement. 

• Afin d'évoluer et de redevenir serein 

• On devient heureux parce qu'on se satisfait. 

• On abandonne alors la recherche du bien matériel. 

• Par la recherche de son bien-être mental. 

La réflexion platonique 

• Consiste à faire des hypothèses, 

• Pour les vérifier par expériences. 

• Si on cherche la vérité on gagne en assurance. 

C'est une réflexion de toute personne civilisée. 

Quelle est la vérité économique ? 

• Notre économie est basée sur l'énergie. 

• Cette énergie peut être illimitée (thorium,hélium 3). 



• L'énergie permet de créer des grands travaux. 

• Ces grands travaux permettent l'irrigation, 

• Qui peut même irriguer des déserts avec l'énergie. 

Or on nous dit que tout se raréfie. 

Quelle est la vérité sociale ? 

• La société du divertissement a été la même utilisée pour 
l'esclavagisme aux États-Unis. 

• Même des partis de gauche ne favorisent pas l'écriture et le 
développement personnel. 

• On nous parle de l'histoire de l'oligarchie sans nous 
apprendre l'histoire des nations et du progrès humain, basé 
sur notre créativité. 

Quand on sait cette vérité 

• On sait qu'il faut arriver à cet objectif créatif. 

• On cherche à redevenir cohérent. 

• On veut être dans une société idéale, 

• Que l'on peut trouver. 


Il suffit de chercher la vérité. 



Table des matières _ 

A) Du même auteur 3 

1) Du même éditeur 4 

B) Notes de l'auteur 5 

1) Légende 6 

2) Licence 6 

C) Écrire 10 

1) Écrire c'est quoi ? 13 

2) Trouver à écrire 15 

3) Aimer écrire 17 

4) Qu'écrit-on en général ? 18 

5) Le mot 19 

6) La phrase 21 

7) Les phrases 25 

8} Manque de vocabulaire 30 

D) Écrire une histoire 34 

1) Écrire un premier poème 35 

2) Écrire une première histoire 37 

3) Écrire une histoire tout seul 39 

4) Écrire une histoire en groupe 41 

5) Corriger la structure de son texte 43 

E) Écrire pour soi 46 

1) Rêver 47 

2) Chercher la vérité 49 

3) Avoir un style 51 

4) Devenir positif 53 

5) Pourquoi écrire ? 55 

6) La perception du lecteur 57 

7) Comment écrire ? 58 

8) Par quoi commencer ? 60 

9) On m'oblige à écrire 62 

10) Pourquoi ? 64 

11) Avoir un avis 65 

12) Avec quoi écrire ? 67 

13) Le fond ou la forme ? 69 

14) Bien écrire 71 

15) Créer un rythme 72 




F) Écrire avec une contrainte 74 

1) Les contraintes 75 

2) Écrire un poème 77 

3) Corriger un poème 79 

4) Écrire une ballade 81 

5) Créer ses ateliers 82 

6) Le slam 84 

7) Écrire un éloge 86 

8) Écrire un conte 87 

9) Lecture de contes 88 

10) Écrire un exposé 89 

11) Écrire un discours 91 

12) Apprendre à former 93 

13) Apprendre un métier 96 

14) Mon premier sketch 97 

15) Écrire une romance 99 

16) Créer un scénario 101 

17) Créer un scénario de roman 103 

18) Créer un personnage 104 

19) Écrire un livre 105 

G) Écrire pour les autres 109 

1) Ce que le lecteur aime 110 

2) Se critiquer 111 

3) Raconter les autres 112 

4) Mettre en place un projet 114 

5) Auteur créatif ou lecteur 116 

6) Écrire pour tous 117 

7) Voir son incertitude 119 

8) Réveiller son talent 122 

9) Critiquer 124 

10) Trouver un partenaire 126 

11) Utiliser son écoute 128 

H) Améliorer ses textes 130 

1) Communication et écoute 132 

2) Faire les bons choix 133 

3) Relire son texte 135 

4) Retravailler le style 137 



5) Corriger un peu plus tard 138 

6) Aller dans la bonne direction 140 

I) Être journaliste 143 

1) Interviewer 144 

2) Être attractif 146 

3) Imprimer son journal 148 

4) Écrire une biographie 149 

5) Les Forums 152 

6) Son site web 154 

7) Pour aller plus loin 155 

J) Publier 161 

1) Les WIKIS 163 

2) Demander des numéros ISBN 164 

3) Imprimer une reliure 165 

4) Imprimer un livre 166 

5) Créer un livre électronique 167 

6) Faire un dépôt légal 168 

7) Diffuser son livre 170 

K) Synthèse 171 

1) Histoire 171 

2) Poésie et éveil 171 

3) Pourquoi écrire ? 173 

4) Pour aller loin 178 

5) Chercher la vérité 180 

L) Table des matières 182 

M) Biographie 185 

N) Sources utilisées 186 



Biographie 


Matthieu GIROUX a appris le français en aimant le charme que 
possède cette langue poétique. Il appréciait la mise en 
concurrence sur les différentes matières. 

Mais il pensa au fur et à mesure que cette concurrence 
détruisait la poésie de l'apprentissage. Des interrogations sur la 
nécessité de savoir vite ont été posées quand il a repris une 
écriture personnelle. 

Il écrivit des poèmes et les fit lire. Puis des nouvelles éveillèrent 
certains lecteurs. Il commença alors à écrire sur la façon de 
trouver les mots qui conviennent, grâce aux interrogations ou 
affirmations des autres. Il redécouvrit l'écriture et sa poésie 
plus belle, car de nouveau découverte. 

Il mit alors en place le site web www.comment-ecrire.fr. Ce site 
web permit de conseiller les amateurs d'écriture. 

Informaticien, il écrit aussi des livres ou des articles dans son 
domaine, dans l'écriture, la politique. Il utilise le pragmatisme 
dans ses pensées, afin d'expliquer aux autres ce qu'il 
comprend. 

En 2013 il publie la suite de ce livre sur 

www.devenircreatif.com. 





Sources utilisées 


Les articles sont une expérience écrite de Matthieu GIROUX. Les 
références sont présentes dans les bas de pages. 

Il a ensuite utilisé son site web d'écriture et son entourage pour 
améliorer ce livre. 

Les images viennent du projet OPEN CLIPART. Elles illustrent et 
expliquent parfois des procédés, techniques ou technologies. 


ISBN 978295312515 




Droits d'auteur Octobre 2008 
Dépôt légal RENNES 2009 

Imprimé en France en Avril 2011 par 

JOUVE 

1, rue du Docteur-Sauvé 
BP 3 

53101 Mayenne cedex 



Notes 


[- 1 ] 

cf documentaire vidéo "Le sacre de l'homme", 2007, Fougea 



[- 2 ] 

Cf Auteur Claude Duneton, "Au plaisir des mots", "Les Origomots" 


[- 3 ] 

Cf Chapitre Être journaliste 


[- 4 ] 

Cinq vers rimés (rimes A-A-B-B-A) 


[- 5 ] 

Cf "Grand Slam de poésie" ou "Le Slam, poésie urbaine" 


[- 6 ] 

Un langage courant n'utilise ni des mots grossiers, le langage familier, ni de beaux 
mots rares, le langage soutenu.